Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le retour de Marie-Luce Romanens

Championne du monde de course d’orientation en 1995, la Fribourgeoise est, avec Simone Luder, le plus sûr espoir de médaille de la délégation suisse aux Mondiaux de Rapperswil.

La biologiste a fait de ce rendez-vous l’objectif principal de sa saison.

Spécialiste du marathon et du demi-marathon, Marie-Luce Romanens revient à ses amours de jeunesse à l’occasion des Mondiaux de Rapperswil: la course d’orientation.

Sacrée championne du monde de la discipline en 1995 en Allemagne, la biologiste fribourgeoise exilée à Zurich tentera de rééditer son exploit d’il y a huit ans dans sa région d’adoption.

Elle a fait de ce rendez-vous l’objectif majeur d’une saison qu’elle a débuté en participant aux Mondiaux de cross d’Avenches.

swissinfo: Marie-Luce Romanens quel est votre objectif principal pour ces Mondiaux de course d’orientation ?

Marie-Luce Romanens : Au vu des mes possibilités et de mon état de forme actuelle, j’avoue que je vise une médaille. Je devrais m’aligner sur trois disciplines – le sprint, le parcours long et le relais – et c’est vrai que j’aimerais bien goûter au podium, ce serait une grande joie.

Mais pour une compétition du niveau des Championnats du monde, beaucoup de facteurs influencent la performance. Il faut que tout se déroule exactement selon les prévisions le jour J.

swissinfo: Cela fait douze ans que vous pratiquez ce sport et vous avez été sacrée championne du monde en 1995, qu’est-ce qui vous attire dans cette discipline?

M-L. R.: Principalement le fait que chaque compétition correspond à une forêt et un parcours différent. On ne reçoit les cartes qu’au moment du départ. Il faut savoir gérer l’inconnu tout en accomplissant une performance physique de haut niveau.

swissinfo: Y a-t-il une façon spécifique de s’entraîner, de se préparer pour une échéance telle que les Mondiaux?

M-L. R.: Je pense qu’au-delà de l’entraînement physique de course à pied, il est primordial de pouvoir compter sur une expérience accumulée au fil des années. Celle-ci permet d’effectuer des choix de cheminement beaucoup plus rapidement tout en étant sûre de soi.

Les entraînements techniques en compagnie des autres cadres de l’équipe nationale sont également très importants. La qualité du groupe des filles notamment avec Sabine Luder et Vroni König-Salmi (toutes deux championnes du monde en 2001), permet de savoir exactement où l’on se situe au niveau international.

swissinfo: Le fait que ces Mondiaux se déroulent en Suisse, et plus précisément du côté de Zurich où vous habitez, rend-il l’événement plus important?

M-L. R: C’est sûr que cela fait quelque chose de pouvoir concourir devant «son» public. J’en ai fait l’expérience à Avenches lors des Mondiaux de cross. C’est magique et motivant.

En plus de cela, le fait que la compétition se déroule en Suisse est un léger avantage car même si nous ne connaissons pas les parcours, nous sommes habituées au genre de terrain sur lequel nous allons évoluer. J’espère que nous pourrons en profiter.

swissinfo, interview Mathias Froidevaux

Faits

Marie-Luce Romanens a été sacrée Championne du monde de course d’orientation en 1995, un sport qu’elle pratique depuis douze ans.
Depuis 1997, la Fribourgeoise s’était consacrée presque exclusivement à aux longue distance d’athlétisme (marathon et demi-marathon). Elle a remporté le marathon de la Jungfrau en 2001.
Cette année, elle a terminé 37e des huit kilomètres des Mondiaux de cross d’Avenches.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.