Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Le temps doux freine la propagation de la grippe aviaire

Les oiseaux aquatiques sont moins nombreux à migrer en Suisse cet hiver en raison de la douceur des températures. Le risque de voir se déclarer des cas de grippe aviaire est par conséquent moindre.

La surveillance du virus est par contre un peu plus difficile. Il n'est pas question pour l'instant de lever l'alerte ou d'assouplir le confinement des volailles actuellement en vigueur.

«Les oiseaux trouvent suffisamment de nourriture en ce moment», explique Marcel Falk, porte-parole de l'Office vétérinaire fédéral (OVF). «On trouve donc peu d'oiseaux morts que nous pouvons tester.»

Difficile aussi d'attraper des oiseaux vivants dans les nasses installées notamment sur les lacs de Constance et de Sempach, ajoute Marcel Falk.

Les oiseaux trouvent assez de nourriture et sont moins attirés par les appâts.

Il n'y a cependant pas lieu de s'inquiéter, assure le porte-parole de l'OVF. Le programme de surveillance n'est pas compromis.

Les échantillons sont prélevés de trois manières: sur les oiseaux morts, sur ceux qui sont attrapés dans les nasses et par la chasse. «La chasse ne dépend pas de la température. La plupart des analyses sont donc effectuées à partir d'oiseaux capturés en ce moment.»

Le programme de surveillance a débuté en octobre 2006. Près de 300 oiseaux aquatiques ont été testés depuis lors. Aucun n'était porteur du virus H5N1, indique Marcel Falk.

Maintien du confinement

Pas question cependant pour l'OVF de lever l'alerte ou d'assouplir le confinement des volailles. Cette mesure, valable depuis le 15 octobre dernier, est prévue jusqu'au 30 avril 2007.

L'élevage en plein air est actuellement interdit sur une bande de un kilomètres autour des principaux lacs et cours d'eau du Plateau. Les lacs Léman, de Constance, de Neuchâtel et de Zurich, où 74% des oiseaux d'eau passent l'hiver, sont particulièrement surveillés.

Outre l'élevage en plein air, les marchés et expositions de volaille sont interdits dans ces régions à risque. Les importations en provenance des pays touchés par la grippe aviaire sont par ailleurs interdites.

Aucun cas depuis avril 2006

L'an dernier, 32 cas d'oiseaux sauvages porteurs de la grippe aviaire avaient été diagnostiqués sur territoire helvétique entre mars et avril.

Depuis lors, le virus n'a plus été décelé en Suisse. Il était cependant encore ponctuellement présent en Europe cet été.

«Ce n'est qu'en mars prochain que nous pourrons avoir une évaluation correcte de la situation sur tout l'hiver», prévient Marcel Falk.

«Même par temps doux, il peut y avoir des cas d'infection», avertit-il. «Et s'il se remet à faire froid, la propagation pourrait subitement s'accélérer.»

swissinfo et les agences

En bref

La grippe aviaire est une épizootie que les spécialistes nomment 'peste aviaire classique' ou 'influenza aviaire'. Elle est connue depuis longtemps.

Une nouvelle souche du virus H5N1 est cependant apparue en 1997 en Asie. Elle s'est répandue dans de nombreux pays de manière agressive.

Le virus H5N1 est très contagieux et mortel pour les volatiles. Jamais encore une épizootie n'en avait tué autant au niveau mondial.

En cas de contact direct, les humains peuvent être contaminés. De tels cas se sont produits surtout en Asie et en Afrique.

L'Asie toujours menacée

La banque de développement asiatique considère toujours la grippe aviaire comme une menace.

Selon son président Haruhiko Kuroda, qui s'exprimait dans le quotidien allemand 'Die Welt', la crise n'est pas maîtrisée, la surveillance étant insuffisante.

La grippe aviaire a plusieurs foyers dans de nombreux pays d'Asie. Les récents cas de contamination d'humains en Indonésie inquiètent.

La grippe aviaire a ressurgi en 2006 dans des pays, comme la Thaïlande ou le Laos, où aucun cas de contamination d'êtres humains n'avait été déclaré depuis longtemps. La réapparition de la maladie est probablement due au commerce de volaille.

Les efforts d'autres pays asiatiques, comme le Vietnam, pour enrayer l'épizootie ont apparemment abouti.



Liens

×