Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le textile suisse en difficulté

Les filatures suisses - ici celle d'Uznaberg bei Uznach (ZH) - voient tous leurs indicateurs passer au rouge.

(Keystone)

Baisse des emplois et du chiffre d'affaires global. L'industrie textile suisse est en crise. Mais les perspectives ne sont pas catastrophiques.

La période est difficile pour l'industrie textile suisse. L'an dernier, ses effectifs ont fondu de 13% à 22 600 personnes. Et son chiffre d'affaires s'est aussi replié de 3,8%, par rapport à 2000, à 4,17 milliards.

Il faut dire que le secteur reste fortement tributaire de ses exportations, précise Thomas Isler, président de la Fédération textile suisse (FTS). Ses ventes en Europe et outre-mer ont atteint 3,7 milliards de francs, soit une baisse de 1,1% par rapport à l'année précédente.

Par secteur, le bilan est toutefois nuancé. Les ventes de textiles à l'étranger ont baissé de 5% à 2,53 milliards de francs. Mais celles de l'habillement ont progressé de 8% à 1,17 milliard de francs.

Appel à la BNS

Pour Thomas Isler, c'est surtout le franc suisse qui est à l'origine du recul des exportations. Même si la hausse des prix pétroliers et les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis sont également en cause.

Selon Thomas Isler, la Banque nationale suisse (BNS) est parfaitement au courant du problème. D'ailleurs, la FTS a intensifié ses démarches auprès de la BNS. Pour l'occasion, elle s'est associée avec les autres industries exportatrices qui sont elles aussi pénalisées par un franc cher.

Importations également en baisse

A cela s'ajoute un autre problème, celui de la baisse des importations. Qui ont globalement reculé de 0,3% à 7,82 milliards de francs.

Mais, là aussi, il faut faire la différence entre le secteur textile et celui de l'habillement. Le premier a chuté de 4% à 2,35 milliards de francs. Alors que le second a progressé de 1,4% à 5,47 milliards de francs.

Quoi qu'il en soit, les conséquences sur l'emploi sont inévitables. Les effectifs ont diminué de 13% sur l'année. Et le travail à temps partiel a «sensiblement» progressé au cours des trois derniers mois de l'exercice.

Perspectives pas trop sombres

Cela dit, avec la reprise conjoncturelle qui se profile au 2e semestre de cette année, les perspectives ne sont pas catastrophiques.

Par ailleurs, Thomas Isler voit un avenir prometteur dans les produits de niche de l'industrie textile suisse - haute couture et textiles de haute technologie - qui sont les fruits d'un savoir-faire reconnu.

swissinfo avec les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

Billets gratuits pour rencontrer Lili Hinstin

SWI plus banner

  • Des infos pertinentes et compactes
  • Des questions et des réponses pour la Cinquième Suisse
  • Discuter, débattre, réseauter

Un seul clic, mais un Plus pour vous !


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.