Les directeurs financiers à nouveau majoritairement optimistes

 Toute l'actu en bref

L'étude de Deloitte annonce un retour à un sentiment majoritairement optimiste chez les chefs des finances des entreprises suisses (archives).

KEYSTONE/EPA/KATIA CHRISTODOULOU

(sda-ats)

Les directeurs financiers des entreprises suisses sont davantage optimistes au moment d'entamer 2017. Pour la première fois depuis janvier 2015, et la levée du taux plancher de l'euro, ils sont une majorité à tabler sur des perspectives positives.

Le solde net des prévisions financières (attentes positives contre attentes négatives) a atteint 55% au quatrième trimestre 2016, a indiqué le cabinet Deloitte en publiant mardi l'édition d'hiver de son étude thématique. Ce taux confirme la tendance à l'amélioration lente mais continue de la confiance constatée depuis des mois.

Attentes internes positives

Dans le détail, 64% des 101 directeurs financiers interrogés par Deloitte se montrent optimistes pour les douze mois à venir quant à l'évolution financière de leur entreprise. Le coefficient est supérieur de 11 points par rapport au troisième trimestre 2016.

A l'inverse, les plus pessimistes, soit ceux qui prévoient une dégradation des finances de leur société, ne sont plus "que" 9% (-3 points). C'est la première fois que le taux passe sous les 10% depuis la décision de la Banque nationale suisse (BNS) d'abandonner le cours plancher de 1,20 franc pour un euro, le 15 janvier 2015.

Incertitudes élevées

Sur un plan macro-économique, 93% des chefs d'entreprise, cette fois, jugent positivement ou de manière neutre les perspectives conjoncturelles pour les douze prochains mois. Au-delà, les directeurs financiers, à nouveau, continuent d'estimer à un niveau élevé les incertitudes planant sur l'économie.

Les cadres sondés citent les élections générales à venir en France et Allemagne, respectivement au deuxième et au troisième trimestre de cette année. Sans oublier l'impact de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit) et de l'entrée en fonction du nouveau président américain Donald Trump le 20 janvier.

Marges incertaines

En matière d'investissements, une entreprise sur deux prévoit de dégager des moyens dans ce domaine au cours des douze prochains mois. La tendance ici, à l'instar de celles des attentes pour la situation financière des sociétés, est clairement à la progression, relève Deloitte dans son commentaire.

En ce qui concerne les marges, un tiers des directeurs des finances anticipaient une augmentation au quatrième trimestre 2016, contre 24% trois mois plus tôt. La part de ceux qui s'attendent à une dégradation n'a, elle, en revanche pas bougé, demeurant accrochée à 31%.

ATS

 Toute l'actu en bref