Toute l'actu en bref

Malgré le franc fort, l'environnement international en matière de taux d'intérêt, ou les rapports délicats entre la Suisse et l'UE, les perspectives des entreprises sont à nouveau aussi bonnes qu'avant le choc du franc fort, relève Deloitte (archives).

KEYSTONE/DOMINIC STEINMANN

(sda-ats)

Pour la première fois depuis l'abolition du cours plancher de l'euro, plus de la moitié des directeurs financiers (CFO) suisses sont à nouveau optimistes quant à l'évolution financière de leur entreprise. Des incertitudes et des risques externes demeurent toutefois.

Malgré le franc fort, l'environnement international en matière de taux d'intérêt ou les rapports délicats entre la Suisse et l'Union européenne (UE), 53% des 111 CFO helvétiques interrogés pour le 3e trimestre (contre 49% au 2e trimestre) évaluent les perspectives financières de leur entreprise comme positives sur les douze prochains mois, révèle un sondage publié lundi par le cabinet de conseil Deloitte.

Seule une petite partie (12%, contre 20% au 2e trimestre) d'entre eux évalue ces mêmes perspectives avec pessimisme. Ces deux valeurs sont les plus positives, ou les moins négatives, depuis le choc du franc fort en janvier 2015.

La confiance est notamment soutenue par des perspectives conjoncturelles positives. Quelque 40% des CFO interrogés les considèrent comme positives et 12% comme négatives. Ces résultats représentent une nouvelle hausse de 14% de l'optimisme des responsables par rapport aux mêmes valeurs au cours de l'été.

sda-ats

 Toute l'actu en bref