Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Les Suisses de l'étranger veulent le e-voting



Selon l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE), le e-voting permettrait aux citoyens helvétiques vivant à l'étranger d'être mieux reliés à leur pays d'origine.

En fonction des succès des projets-pilote menés dernièrement dans les cantons de Zurich et Neuchâtel, l'organisation demande l'extension au-delà des frontières.

La première expérience de e-voting a été tentée à Anières près de Genève en 2003. Et en octobre dernier, les résidents de Bülach dans le canton de Zurich ont pu valider leur vote en utilisant leur téléphone portable.

Du côté de Zurich, le vote par SMS a une nouvelle fois été éprouvé ce mois à Bülach, Bertschikon et Schlieren. Une expérience du même genre s'est également déroulée à Neuchâtel.

Mais les Suisses vivant actuellement à l'étranger et enregistrés dans ces régions ont – comme d'habitude - été obligés d'envoyer leur bulletin par courrier postal.

A l'étude

Les autorités fédérales recevront en juin un rapport sur les résultats du projet pilote e-voting mené en Suisse. Mais il pourrait se passer bien des années avant qu'une décision de procéder au e-voting en dehors des frontières nationales soit prise.

«Nous avons été informés que le e-voting ne serait pas applicable de manière générale avant 2010. Mais nous voudrions que cette technologie soit utilisée plus rapidement», explique Marc Demierre à swissinfo.

«Nous allons essayer d'influencer le processus et de l'accélérer, rajoute le responsable de la communication de l'OSE. Le système de vote par courrier postal fonctionne bien, mais les courriels et les sms permettraient d'éviter des problèmes pratiques tel que les retards ou les courriers retenus.»

«Pour les Suisses vivant à l'étranger, le fait de voter joue un rôle très important dans la relation avec le pays d'origine. Ils sont énormément à se prononcer sur les sujets internationaux comme par exemple les relations de la Suisse avec l'UE.»

E-voting

Selon Daniel Braendli, qui dirige le projet de e-voting de la Chancellerie fédérale, une décision finale pourrait être prise dans les deux ans. Il est tout d'abord nécessaire de discuter du financement du e-voting, de la fiabilité de la technologie et des risques de fraudes électorales.

Toujours selon ce dernier, il n'y a pas d'obstacle majeur à ce que cette technologie soit utilisée par les Suisses expatriés.

«Nous n'avons pas donné la possibilité aux Suisses de l'étranger de voter par sms ou courriels lors des tests par souci d'équité», poursuit Daniel Braendli. Il lui semblait difficile de donner cette possibilité à un Suisse vivant à l'étranger et enregistré à Bülach et de ne pas l'offrir à un Suisse vivant en Suisse mais dans une autre région.

«Pour l'instant, conclut-il, ceux qui votent par sms doivent composer un numéro local, mais il n'y aurait aucun problème à décider d'un numéro international. Les Suisses vivant à l'étranger demandent de pouvoir bénéficier du e-voting. Il est clair que ceci serait un énorme avantage pour eux.»

swissinfo, Matthew Allen
(Traduction de l'anglais: Mathias Froidevaux)

Faits

Près de 630'000 Suisses vivent en ce moment à l'étranger et près de 100'000 d'entre eux sont enregistrés en Suisse sur les listes de vote.
La commune zurichoise de Bülach veut prolonger l'expérience du e-voting en avril prochain
Un rapport sur le projet pilote du e-voting sera remis aux autorités fédérales au mois de juin prochain.



Liens

×