Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]
Live blog

La Suisse élit son Parlement

Au fil de la journée

SWI swissinfo.ch

21:00

Les résultats se confirment

Une 2e projection nationale a été établie à 21 heures. Elle confirme les résultats déjà tombés deux heures auparavant. En pourcentage de voix, l'Union démocratique du centre augmente même son avance, passant de 28% des suffrages à 19h00 à 29,5% désormais.

Les 200 sièges du Conseil national se répartissent de la manière suivante: 

Union démocratique du centre (UDC / droite conservatrice) : 65 sièges, + 11 par rapport à 2011 

Parti socialiste suisse (PS / gauche) : 44, - 2 

Parti libéral-radical (PLR / droite) : 33, + 3 

Parti démocrate-chrétien (PDC / centre-droit) : 28, - 1 

Parti écologiste suisse (Verts / gauche) : 10, - 5 

Parti bourgeois-démocratique (PBD / centre-droit) : 8, -1 

Verts libéraux (centre-droit) : 6, -6 

Parti évangélique (parti chrétien protestant) : 2, = 

Parti ouvrier populaire (POP / extrême-gauche) : 1, + 1 

Lega (droite conservatrice tessinoise) : 2, = 

Mouvement citoyen genevois (droite conservatrice) : 1, =

 (Polis)
(Polis)


20:45

La Cinquième Suisse a son député

Tim Guldimann, ex-ambassadeur de Suisse à Berlin, a été élu au Conseil national. Le candidat du Parti socialiste, qui se présentait à Zurich, est arrivé en quatrième position sur la liste de son parti. Il devient ainsi le premier expatrié à réussir son élection au Parlement. 


20:30

Les réactions des partis

Immédiatement après les premières projections nationales, les présidents des principaux partis du pays ont débattu devant les caméras de la télévision nationale à Berne. C’est ce qu’on appelle la traditionnelle «ronde des éléphants». 

«Nous sommes satisfaits du résultat. Nous avons mieux réussi que nous le pensions», a commenté le président du Parti libéral-radical Philipp Müller. Le chef de file de l’UDC, Toni Brunner, s’est également montré très satisfait des résultats de son parti: «Il s’agit d’un vote clair en faveur de l’UDC, qui a thématisé la question des migrations».

Profitant de son succès de dimanche (+11 sièges), l’UDC a une nouvelle fois insisté sur la nécessité de récupérer son deuxième siège au Conseil fédéral. Il s’attaquera pour cela le 9 décembre au siège de la ministre des Finances Eveline Widmer-Schlumpf, membre du Parti bourgeois démocratique (PBD), le parti du centre né de la scission avec la droite conservatrice.

«Nous sommes prêts à assumer notre responsabilité au Conseil fédéral. Notre groupe parlementaire va faire une proposition aux autres partis», a indiqué Toni Brunner. Il a dès à présent reçu le soutien du président du PLR Philipp Müller. «Nous devons intégrer la première force politique au sein du Conseil fédéral», a déclaré ce dernier.  

Une idée à laquelle s’oppose le président du Parti socialiste, Christian Levrat: «Il semble que l’UDC et le PLR ne disposent pas d’une majorité au Parlement. Je ne vois donc aucune raison de destituer la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf.»

Martin Bäumle, président des Verts libéraux, le parti qui a essuyé les plus lourdes pertes de cette journée d’élections, s’est quant à lui montré désabusé. «J’ai déjà vécu quelques défaites dans ma vie. Mais pour les Verts libéraux, c’est la plus grande défaite», a-t-il indiqué. Il a également reconnu que les problématiques écologistes ne figuraient plus au cœur des priorités de l’électorat.

Son homologue des Verts, Regula Rytz, s'est dite inquiète pour le futur de la politique écologique plus que par le résultat de son parti, qui encaisse une seconde déconfiture consécutive. «Au vu des cycles que nous avons connu jusqu'ici, nous devrions à nouveau gagner en 2019», a-t-elle néanmoins positivé

Quant au président du Parti bourgeois-démocratique (PBD), Martin Landolt, il s’est réjoui que son parti soit sorti relativement indemne de ces élections. «Nous sommes encore vivants», a-t-il relevé.

19:50

L'immigration a fait gagner l'UDC

Pour le député UDC argovien Luzi Stamm, la poussée de l'UDC s'explique exclusivement par le thème de l'immigration. 

Cette victoire aux élections législatives ne fait qu'accroître les exigences de l'UDC de récupérer son deuxième siège au Conseil fédéral.


19:25

Ce qu'en dit la presse française

Les principaux sites Internet de la presse française n’ont pas accordé une large place aux élections législatives helvétiques de ce dimanche. Lemonde.fr évoque une «victoire attendue des populistes» au terme d’une «campagne désespérément morne». Les problématiques liées à l’asile ont entièrement dominé la campagne, note le quotidien français. 

«Alors que la Suisse a pour le moment été épargnée par la vague de migrants qui arrivent en Europe, la question de l’immigration a constitué la première préoccupation des électeurs. Au bénéfice de la droite populiste», souligne de son côté le site web de Libération.

L’AFP relaie pour sa part les propos de la candidate socialiste vaudoise Rebecca Ruiz. «Les gens ont voté guidés par la peur», a-t-elle estimé, en référence aux débats sur les réfugiés et l’immigration, thèmes favoris de l’UDC.  

19:00

La victoire de l'UDC se confirme

L'Union démocratique du centre se profile comme la grande gagnante des élections 2015 avec 11 sièges supplémentaires gagnés au Conseil national par rapport à 2011, selon la première projection nationale du diffuseur SRG SSR. La poussée de la droite profite également au Parti libéral-radical, qui gagne 3 sièges.

Les écologistes sont quant à eux en chute libre: le Parti écologiste perd 5 de ses mandats à Berne, les Verts libéraux 6. Au centre, annoncés perdants par les analystes, le PBD et le PDC limitent les dégâts en ne cédant chacun qu’un siège. A gauche, le Parti socialiste perd lui aussi 2 sièges, tandis que la gauche de la gauche fait son retour à la Chambre basse du Parlement avec l’élection du popiste neuchâtelois Denis de la Reussille. 

Au niveau des pourcentages, l'UDC totaliserait 28% des suffrages (+1,4), le PS 18,6% (-0,1), le PLR 16,4% (+1,3), le PDC 12,6% (+0,3), les Verts 7,8% (-0,6), les Vert'libéraux 4,7% (-0,7) et le PBD 4,6% (-0,8).


18:00

Le doyen du Parlement éjecté

Dans le canton de Vaud, le doyen en âge du Parlement, Jacques Neirynck, 84 ans, devrait être éjecté du Conseil national. Peut-être au profit de Claude Béglé, l'ancien patron de La Poste, si le parti conserve son siège. «Ma carrière politique s’arrête certainement ici», a déclaré Jacques Neirinck au micro de la RTS. Selon les projections, le PLR progresserait de 4 à 5 sièges dans le canton de Vaud, au détriment du PS, qui reculerait de 6 à 5 sièges. 


17:50

L'UDC en passe de battre son record

Après les résultats définitifs dans 13 cantons, l'Union démocratique du centre progresse de cinq mandats au Conseil national, tandis que les Verts libéraux en perdent trois. Les autres partis sont plus stables: +1 pour PLR, -1 pour le PS, les Verts et le PDC. Le PBD est stable.

En ajoutant les résultats provisoires dans 11 autres cantons - donc 24 au total -, le bilan atteint +11 pour l'UDC, +5 pour le PLR, -1 pour le PBD, -2 pour le PDC, -3 pour le PS, -4 pour les Verts et -6 pour les Verts libéraux. Avec 64 sièges, l'UDC battrait son record de 2007 (62).

17:40

Du pain sur la planche pour les nouveaux élus

Plusieurs dossiers importants attendent le nouveau Parlement. Les relations avec l’Union européenne figureront au cœur des débats, la mise en œuvre de l’initiative «contre l’immigration de masse» n’ayant toujours pas été réglée. Parmi les autres thèmes importants, on peut citer la stratégie énergétique 2050, qui prévoit notamment la sortie de l’atome, ainsi que l’épineux dossier de l’asile. 


17:20

Deux présidents de parti satisfaits

«La vague migratoire préoccupe les gens. Nous avons une problématique de l’asile non résolue en Suisse. La question des vrais réfugiés et des réfugiés économiques n’est pas réglée», a commenté Toni Brunner, président de l’UDC, lors d’une interview accordée à la télévision publique alémanique SRF. Son parti se profile comme le grand gagnant des élections et pourrait dépasser son score historique de 2007 (28,9%).

Président du Parti libéral-radical (PLR / centre-droit), lui aussi annoncé en hausse après près de 20 ans de déclin constant, Philipp Müller refuse quant à lui de crier victoire. Interrogé sur les tâches à venir du nouveau Parlement, il affirme: «Nous voulons que les accords bilatéraux avec l’UE soient maintenus. Nous ne pouvons pas être en conflit avec les 500 millions de personnes qui vivent autour de nous». Il en va tout simplement de la garantie du succès économique de la Suisse, selon Philipp Müller.

  

17:05

La stratégie gagnante de l'UDC

Spécialiste de la droite nationale, le politologue Oscar Mazzoleni voit dans la progression de l’UDC le résultat d’une stratégie médiatique particulièrement réussie. «L’UDC a d’une part bénéficié du climat d’inquiétude créé par la vague migratoire sur l’Europe, même si la Suisse ne connaît finalement pas le chaos que la droite annonçait. Mais comme lors de la catastrophe de Fukushima qui a joué en faveur des Verts [en 2011], le climat international a profité à l’UDC», a-t-il affirmé au quotidien genevois Le Temps.

En revanche, a ajouté le politologue, «ce qui est entièrement nouveau, c’est le renversement stratégique. Il y a quatre ans, ce parti avait mené une campagne très offensive, tout en visant une augmentation de ses sièges au Conseil des Etats. Ce climat agressif n’avait pas convaincu l’électorat modéré. Cette fois, l’UDC a réussi à se libérer de la vision médiatique qui lui collait à la peau, à se débarrasser de son image de grand méchant loup. Notamment auprès des jeunes avec des clips jouant sur l’autodérision.»

17:00

Légère polarisation, le centre s’effrite

«Nous observons aujourd’hui une légère polarisation», affirme le politologue Claude Longchamp, directeur de l’institut gfs.bern. «Les Verts subissent une véritable débâcle. Le bloc de droite gagnera environ 4%, celui de gauche 1%. Le centre devrait perdre quant à lui près de 2,5%», estime Claude Longchamp, en se basant sur les projections existantes dans les cantons. 

 (Reuters)
(Reuters)

16:35

L'ère Blocher se poursuit

Magdalena Martullo-Blocher a réussi son pari: elle a décroché un 2e siège pour l’Union démocratique du centre dans le canton des Grisons, au détriment des Verts libéraux. La tâche était particulièrement ardue pour la fille de Christoph Blocher, ancien ministre et leader emblématique de la droite conservatrice helvétique, puisqu'elle était auparavant domiciliée dans le canton de Zurich.

Tout au long de la campagne, Magdalena Martullo-Blocher a mis en avant le fait qu’en tant que patronne et actionnaire majoritaire du fabricant de spécialités chimiques EMS-Chemie, l’une des plus grosses entreprises sises aux Grisons, elle connaissait particulièrement bien la situation et les enjeux de l’économie cantonale. 

16:15

Un Suisse de l’étranger élu au Parlement?

Tim Guldimann pourrait devenir le premier expatrié à accéder au Conseil national. En lice sur la liste du Parti socialiste dans le canton de Zurich, l'ancien ambassadeur de Suisse en Allemagne arrive pour l’instant en sixième position, derrière les cinq députés socialistes sortants.

Les projections à Zurich – le canton avec le plus de sièges à la Chambre basse – semblent confirmer la tendance au niveau national: l’UDC, le PLR et le PS sont en progression, tandis que les partis du centre et les Verts sont en difficulté. Le PS décrocherait deux sièges supplémentaires pour en totaliser 9. L’UDC confirme sa position de premier parti (+1, 12 au total). Le PLR gagnerait également un siège (5). A l’inverse, les Verts libéraux cèdent un fauteuil (2), tout comme les Verts (2) et le PBD (1). Le PDC et le Parti évangélique parviendraient quant à eux à conserver leur siège.

A noter que Roger Köppel, le rédacteur en chef de la Weltwoche, un hebdomadaire proche de la droite conservatrice, est sur la bonne voie pour être élu au Conseil national sur la liste de l'UDC. Le PS pourrait quant à lui faire son retour au Conseil des Etats après 32 ans d’absence. Son candidat, Daniel Jositsch, est en tête et pourrait être élu dès le premier tour. 

15:50

Les Verts libéraux en chute libre

Un décompte des résultats provisoires effectué par la RTS dans près de la moitié des cantons confirme les prévisions des analystes pour l’élection au Conseil national. L’UDC, le PLR et le PS sont en progression, tandis que les partis du centre et les Verts laissent des plumes. La chute est particulièrement spectaculaire pour les Verts libéraux, qui perdraient 5 des 12 sièges qu’ils occupent à la Chambre basse. Dans le détail:

UDC: + 6 sièges, PLR: +3, PS: +1, Verts libéraux: -5, Verts:-3, PBD: -1, PDC: -1

15:20

L’heure des premières analyses

«Ce sont surtout les thèmes qui nous aident», estime le chef de campagne de l’UDC, Albert Rösti, au micro de la RTS. Le parti de la droite conservatrice a progressé dans plusieurs cantons, selon les premières projections.

Quant au PLR, également annoncé en progression dans plusieurs cantons, le parti du centre-droit «est apparu aux yeux des électeurs comme le rempart le plus efficace face à l’UDC», estime l’historien vaudois Olivier Meuwly. 


14:40

L’UDC progresse aussi à Fribourg

La progression de la droite conservatrice semble se confirmer dans plusieurs cantons. A Fribourg, l’UDC pourrait obtenir un 2e siège au Conseil national aux dépens du PS. Le député cantonal Emanuel Weber, qui a lancé il y a quelques mois une initiative pour empêcher la réalisation du «Centre islam et société» à l’Université de Fribourg, semble le mieux placé pour obtenir le 2e mandat UDC à Berne.

Dans le canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures, l'UDC a décroché le siège que le Parti libéral-radical détenait depuis trois législatures. Le nouvel élu UDC David Zuberbühler n'a pu contenir son émotion:


14:25

L’UDC et le PS gagnent un siège à Lucerne

L’UDC passerait de 2 à 3 sièges et le PS de 1 à 2 sièges dans le canton de Lucerne, selon les projections du diffuseur national SSR. Les perdants sont les Verts et les Vert’libéraux, qui perderaient chacun leur siège. Le PDC conserverait quant à lui ses 3 mandats. Le sortant PDC Konrad Graber et le PLR Damian Müller semblent bien partis dans la course aux Etats. Ils devancent nettement la candidate UDC Yvette Estermann.

 (Polis)
(Polis)


13:55

Thomas Minder reste au Sénat

Les deux sénateurs sortants dans le canton de Schaffhouse, Hannes Germann (UDC / 20'747 voix) et Thomas Minder (indépendant / 13'733), ont été réélus, malgré les tentatives du PS et du PLR de ravir le siège de ce dernier. Thomas Minder est connu pour être le père de l'initiative «contre les rémunérations abusives», approuvée par une large majorité du peuple suisse le 3 mars 2013.


13:40

Le président du PBD réélu

Son siège était menacé, notamment par le Parti socialiste, qui briguait l’unique siège au Conseil national dévolu au canton de Glaris. Mais Martin Landolt, président du Parti bourgeois-démocratique (PBD), a réussi sa réélection dimanche. Un résultat important pour la ministre des Finances Eveline Widmer-Schlumpf, membre du même parti, qui compte ses soutiens au Parlement en vue de l'éléction au Conseil fédéral du 9 décembre prochain.  


12:30

Le dépouillement se poursuit

Des milliers de scrutateurs sont mobilisés dans tout le pays, souvent dans des halles de fête ou de gymnastique, comme ici à Berne, pour assurer le bon déroulement des élections législatives nationales. Les possibilités de panachage et de cumul rendent le dépouillement particulièrement fastidieux dans les cantons qui comptent un nombre important de représentants au Conseil national.

 (Keystone)
(Keystone)


12:20

Le PLR et l’UDC en progression

Dans le canton d’Argovie, l’UDC et le PLR gagneraient chacun un siège au Conseil national, selon la première projection. Le PS perdrait un mandat dans ce canton qui bénéficie d'un siège supplémentaire en 2015 avec l'augmentation démographique. L'UDC aurait ainsi 7 sièges, le PLR 3, le PS 2, le PDC 1, les Verts 1, le PBD 1 et les Vert'libéraux 1.

Dans les Grisons, le PLR gagnerait également un siège, au détriment des Vert’libéraux. L’UDC et le PDC conserveraient leur fauteuil à Berne, tout comme le PBD. Mais le parti de la ministre de la Justice Eveline Widmer-Schlumpf, né de la scission avec l'UDC, perdrait 6,1 point pour ne recueillir que 14,4% des voix dans l'un de ses principaux fiefs.

Interrogé par la Radio télévision suisse (RTS), le politologue genevois Pascal Sciarini a indiqué que ces premiers résultats pourraient donner un bon aperçu des tendances sur l'ensemble de la Suisse. Les sondages prédisaient en effet une progression de la droite (PLR et UDC) au détriment des partis du centre.

12:00

Les Suisses ont voté

Les bureaux de vote ont fermé dimanche à la mi-journée. Quelque 3900 candidats sont en lice pour conquérir l'un des 200 sièges du Conseil national (Chambre basse) et l'un des 46 sièges du Conseil des Etats (Chambre haute). Un record. Les femmes restent relativement peu représentées avec 34,5% de candidates, une proportion qui a peu évolué depuis 2011.


L'évolution des partis politiques suisses


Réglé comme une horloge

Le système politique suisse vu par le dessinateur de presse Chappatte.


Les sondages prévoient une victoire de la droite