Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Marché automobile suisse La boîte automatique passe la vitesse supérieure

Boîte de vitesse dans une voiture

Les conducteurs apprécient de moins en moins de manipuler sans cesse la traditionnelle boîte à vitesses manuelle.

(Keystone)

Depuis ce vendredi, il n’existe plus de différence entre un permis de conduire pour véhicule manuel et un permis pour véhicule automatique. Cette évolution suscite une polémique liée à des critères de sécurité. Mais c’est peut-être un faux problème, car les jours des boîtes manuelles semblent comptés.

Jusqu’à présent, la plupart des élèves conducteurs passaient leur permis de conduire sur un véhicule manuel qui leur permettait ensuite de conduire au choix un véhicule manuel ou automatique. En revanche, ceux qui passaient un permis pour voiture automatique n’étaient pas autorisés à utiliser une voiture manuelle.

Depuis le 1er février, il n’y a plus de différence. Un permis de conduire obtenu sur un véhicule automatique permettra aussi de rouler sur n’importe quel type de véhicule. Il est probable que les élèves conducteurs privilégieront désormais le permis pour automatique, car le maniement d’un véhicule automatique étant plus facile, cela diminue le temps de formation et donc le coût du permis.

Mais ce changement, approuvé par le gouvernement en décembre dernierLien externe, suscite une polémique liée à la sécurité.

Contenu externe

Reportage télévisé sur les voitures automatiques

Une évolution mondiale

Mais cette polémique s’éteindra peut-être d’elle-même, car les jours de la boîte manuelle semblent comptés, comme le montrent les Etats-Unis. Les voitures automatiques y sont majoritaires depuis les années 1950 déjà et de nos jours, moins de 5% des voitures neuves vendues sont manuelles. Le marché est si réduit qu’une marque comme Audi vient d’annoncer renoncer à commercialiser des véhicules manuels aux Etats-Unis et au Canada dès cette année. Les voitures manuelles sont tout aussi rares dans d’autres grands pays comme la Chine ou le Japon.

Longtemps, l’Europe a privilégié les voitures manuelles. Mais là aussi, la situation change. En France, pays particulièrement réfractaires aux voitures automatiques, ces dernières ne représentait que 3% des nouvelles immatriculations en 1995 contre 29% l’an dernier.

La Suisse suit la tendance. Les voitures à boîte automatique ou robotisée représentaient 19% des véhicules neufs en 1990, 26% en 2000 et près de 45% de nos jours.

Progrès techniques

Longtemps en Europe, les voitures automatiques ont été considérées plus lourdes, moins fiables, plus chères ou plus gourmandes en carburant que les manuelles. S’il est vrai que les voitures automatiques restent un peu plus chères à l’achat, les autres arguments sont devenus caducs en raison des progrès techniques réalisés par les constructeurs.

D’autres facteurs expliquent le succès grandissant des boîtes automatiques. Sur des routes toujours plus saturées, il est bien plus confortable de ne pas avoir à manipuler constamment une pédale d’embrayage ou un levier de vitesse. Par ailleurs, les voitures électriques, de plus en plus populaires, ne sont munies que de boîtes automatiques.


Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.