Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Marché de l’art L’incertitude économique ne pèse pas sur Art Basel

L’un des plus importants marchés de l'art au monde commence cette semaine à Bâle, dans un climat économique incertain.

Les collectionneurs s’arrachent les œuvres de la 47e édition d’Art Basel, dont la valeur est estimée à 3,25 milliards de francs, malgré un ralentissement général des ventes sur le marché de l’art.

Les principales enchères à Londres et New York ont récemment vu leurs ventes chuter abruptement par rapport aux années précédentes. Néanmoins, certaines des plus importantes galeries du monde ont acheminé à Bâle des dizaines d’œuvres d’art, qui s’échangent à des prix exorbitants. On trouve notamment la toile «Number 21» de Jackson Pollock (1949) pour 25 millions de dollars et «Prag 1883» de Gerhard Richter pour 20 millions de dollars.

Les marchands gardent souvent leurs meilleures œuvres pour la foire, qui accueille les représentants de quelque 300 musées publics et privés. L’événement attire les milliardaires, les élites mais aussi les curieux du monde entier. L’an dernier, quelque 98'000 visiteurs ont afflué à Art Basel. La 47e édition ouvre ses portes au public jeudi et les ferme dimanche.