Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Mobilité


Les Suisses sont toujours les champions des voyages en train


En Suisse, outre les CFF, les compagnies BLS et BLS Cargo ont été prises en compte dans les statistiques établies par l'UIC.  (Keystone)

En Suisse, outre les CFF, les compagnies BLS et BLS Cargo ont été prises en compte dans les statistiques établies par l'UIC. 

(Keystone)

L’histoire d’amour entre la Suisse et ses trains se poursuit. En 2015, les personnes résidantes sur territoire helvétique ont parcouru en moyenne 2277 kilomètres en train, se classant une nouvelle fois en tête du classement mondial de la mobilité ferroviaire. 

Comme chaque année, le Service d'information pour les transports publics (LITRA) a dépouillé la statistique 2015 de l'Union internationale des chemins de fer (UIC) sur la fréquence d'utilisation du rail et sur les distances parcourues.

La Suisse utilise son réseau ferroviaire de manière magistrale comparé aux autres pays européens, écrit-elle. En 2015, la population helvétique s'est déplacée à 59 reprises en moyenne en train. Suivent le Luxembourg, le Danemark, l'Autriche, le Royaume-Uni et l'Allemagne. Seul le Japon, qui a enregistré 72 trajets en train en moyenne par habitant, précède la Suisse au classement mondial.

Si l'on compare la distance effectuée en train par habitant en 2015, la Suisse, où 2277 km ont été parcourus en moyenne par personne, détient la palme au niveau mondial. En Europe également, elle se situe loin devant l'Autriche, la France et le Danemark.

Les raisons de ce succès sont multiples: densité hors normes du réseau, cadence horaire élevée, ponctualité, correspondances entre les trains et coordination avec les bus postaux qui desservent les vallées isolées, distance relativement faible entre les principales villes du pays, etc.

Reste que ce succès a quelque chose de paradoxal, a souligné François Walter, professeur émérite d’histoire à l’Université de Genève, interrogé par la RTS. Le chemin de fer s’est en effet développé tardivement en Suisse par rapport aux pays voisins, mais il rapidement suscité un énorme engouement.

«Le chemin de fer s’est très vite intégré dans le paysage, au point qu’il en est devenu un élément naturel. Et comme le paysage est central dans la conscience identitaire suisse, le chemin de fer est lui aussi entré dans notre imaginaire national», a-t-il relevé. 

swissinfo.ch avec la RTS (Téléjournal du 16.08.2016)

×