Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Aventure


En pièces détachées, Solar Impulse 2 fait son retour en Suisse




Intégrer

Solar Impulse 2 est de retour à Dübendorf (canton de Zurich), après avoir achevé son tour du monde. Démonté et rangé dans des caisses, l'avion solaire est arrivé mardi à bord d'un Boeing 747 en provenance d'Abou Dhabi. (Carlo Pisani, swissinfo.ch) 

Les pilotes Bertrand Piccard et André Borschberg ont assisté à l'atterrissage de l'avion cargo sur l'aérodrome militaire de Dübendorf. Des dizaines de passionnés d'aviation étaient également présents. 

Devant les médias et le public, les deux pilotes ont exprimé leur joie de revoir Solar Impulse 2 à Dübendorf. «Pendant treize ans, nous n'avons vécu que pour Solar Impulse», a résumé Bertrand Piccard. «Deux ans durant, c'était notre bébé, notre maison, notre ami et notre outil», a-t-il ajouté. L'aventure est désormais terminée, mais le projet continue. 

L'avion sera maintenu en état, même si les coûts de vol sont élevés, a expliqué André Borschberg. L'appareil a été conçu pour voler 2000 heures. Il en reste 1300. Il serait également envisageable de l'exposer dans un musée, mais pour l'instant, il reste à Dübendorf. 

Solar Impulse 2 a parcouru plus de 40'000 kilomètres en 16 mois, répartis en 17 étapes. Il est ainsi devenu le premier avion solaire à effectuer un tour du monde sans utiliser de carburant, après 550 heures dans les airs. L’avion avait quitté Abu Dhabi le 9 mars 2015 pour atterrir le 26 juillet 2016 au même endroit. 

L’aventure a permis aux deux pilotes de battre plusieurs records à bord d’un avion solaire. Bertrand Piccard a effectué la première traversée de l'Atlantique (6765 kilomètres), alors qu'André Borschberg est entré dans la légende en pilotant l'appareil pour son étape au-dessus du Pacifique, soit 8924 kilomètres en un peu moins de 5 jours et 5 nuits (du 28 juin 2015 au 3 juillet 2015), le plus long vol en solitaire jamais réalisé. 

L’avion avait aussi dû patienter près de neuf mois à Hawaï pour réparer les batteries, endommagées par la surchauffe pendant la longue traversée entre le Japon et l'archipel située au milieu du Pacifique.