Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Pas de ticket pour les extrémistes au Grütli

L'accès au légendaire Grütli sera limité le 1er août prochain lors de la Fête nationale. Seuls les personnes en possession d'un ticket d'entrée seront admises.

Les organisateurs de cette célébration et les autorités cantonales concernées tentent ainsi d'empêcher les extrémistes de droite de perturber une nouvelle fois la manifestation.

Lors de la fête nationale helvétique, qui a lieu le 1er août, plusieurs centaines de personne se rendent chaque année au bord du lac des Quatre cantons, en Suisse centrale, sur la prairie du Grütli, où la Suisse est née en 1291, selon la légende.

Or, depuis quelques années, des militants d'extrême droite tentent de s'approprier cette cérémonie en chahutant les officiels présents et en perturbant le déroulement de la manifestation. Une tendance qui a culminé l'année dernière.

Quelque 700 extrémistes avaient en effet assombri les festivités, interrompant à plusieurs reprises le discours du président de la Confédération, Samuel Schmid, et prenant à partie la personne même de Samuel Schmid.

Après ces débordements, les organisateurs de la Fête nationale helvétique au Grütli ont donc décidé de restreindre et de contrôler l'accès à la manifestation.

Un accès limité

Le 1er Août prochain, le nombre de places sera donc limité à 2000 environ.

Pour permettre d'alléger les contrôles du public sur place, un système de cartes d'accès, sera instauré, selon la Société suisse d'utilité publique qui administre la prairie et organise cette cérémonie.

Et son président - Herbert Amman – d'assurer: «Nous allons tout faire pour que la Fête nationale se déroule dans la dignité et sans incident.»

Les gouvernements d'Uri et de Schwyz, les deux cantons les plus concernés par cette manifestation, ainsi que les représentants de la Confédération, ont donné leur accord à ce règlement.

Pour l'heure, on ne sait pas encore qui sera l'orateur invité en 2006.

Un mal nécessaire

Cela dit, les différentes parties qui ont adopté ces mesures regrettent qu'elles aient été rendues nécessaires en raison des incidents enregistrés l'an dernier.

Reste à savoir si ces mesures de sécurité suffiront. Interrogé par la radio alémanique DRS, Hans Stutz en doute. Cet observateur de longue date de l'extrême-droite suisse juge ces dispositions «passablement naïves.»

Selon lui, il sera difficile d'identifier exactement les personnes qui commandent des billets. «La prairie du Grütli ayant plusieurs voies d'accès, ceux qui voudront s'y rendre sans billet pourront toujours le faire», ajoute Hans Stutz.

Quoi qu'il en soit, les fauteurs de trouble n'ont jusqu'à présent pas dû rendre compte de leurs actes. La police du canton d'Uri n'a en effet rien trouvé à leur reprocher du point de vue pénal.

Mais l'enquête sur la marche non autorisée qui s'est déroulée après la fête à Brunnen (canton de Schwytz) n'est par contre pas terminée. Elle est dirigée contre treize néonazis que la police a pu identifier après coup.

swissinfo avec les agences

En bref

- La Fête nationale du premier Août a été introduite en 1891. Cette journée est officiellement fériée depuis 1994.

- Une célébration a lieu sur la colline du Grütli (Uri), lieu mythique où aurait été conclu le pacte défensif de 1291 entre représentants des cantons d'Uri, Schwytz et Unterwald, à l'origine de la Suisse moderne de 1848.

- Depuis une dizaine d'années, des extrémistes de droite se rendent à la célébration du Grütli. Les perturbations ont culminé en 2005, en présence du président de la Confédération Samuel Schmid.



Liens

×