Toute l'actu en bref

Le nombre de civils en fuite ne cesse d'augmenter à Alep (archives).

KEYSTONE/EPA/ZOUHIR AL SHIMALE

(sda-ats)

Plus de 4'000 civils ont fui en moins de 24 heures la partie rebelle de la ville syrienne d'Alep, face à l'avancée rapide des forces du régime, selon l'OSDH. Cette poussée pourrait marquer un tournant dans la reconquête par le régime de la deuxième ville de Syrie.

"Depuis la nuit, près de 1'700 civils ont fui vers les zones gouvernementales, tandis que plus de 2'500 autres se sont réfugiés dans le quartier kurde de Cheikh Maqsoud", à cheval entre les deux parties de la métropole divisée, a dit l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) dimanche.

Plus tôt dans la journée, l'Observatoire, qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie, avait évoqué le chiffre de plus de 500 civils ayant fui Alep-Est vers les zones gouvernementales dans le nord et l'ouest de la métropole.

Cet exode inédit depuis 2012 intervient après la capture samedi par les troupes du régime de Bachar al-Assad de Massaken Hanano, le plus grand des quartiers d'Alep-Est que l'armée veut à tout prix reprendre.

Fort de cette avancée, le régime a assuré sa volonté de "nettoyer" ce secteur de la rébellion. Les insurgés dénoncent eux l'inaction de la communauté internationale face à la politique "de faim et de soumission" du régime.

Massaken Hanano a été symboliquement le premier quartier capturé par les rebelles à l'été 2012. Ils ont provoqué la division en deux l'ex-capitale économique de la Syrie avec l'ouest aux mains du régime et l'est contrôlé par eux-mêmes, où sont assiégés 250'000 personnes.

sda-ats

 Toute l'actu en bref