Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Point de vue


«La révision de la loi sur l’asile va dans la mauvaise direction!»


Par Sandra Sollberger, conseillère nationale UDC


 Autres langues: 3  Langues: 3

La révision de la loi sur l’asile soumise en votation le 5 juin envoie un faux signal aux immigrants illégaux et augmente encore l’attractivité de la Suisse, estime Sandra Sollberger, conseillère nationale de l’UDC (droite conservatrice). Il faut au contraire des contrôles systématiques aux frontières et exécuter de manière plus conséquente les renvois des réfugiés économiques.

Par Sandra Sollberger, conseillère nationale UDC

Qu’il faille aider et protéger les vrais réfugiés, ceux dont la vie ou l’intégrité corporelle est menacée, ne fait aucun doute. C’est notre tradition humanitaire, elle a fait ses preuves et nous voulons nous y tenir. En revanche, nous n’avons tout simplement pas de place pour les immigrants illégaux et pour les réfugiés économiques.

Point de vue

swissinfo.ch ouvre ses colonnes à des contributions extérieures choisies. Régulièrement, nous publions des textes d’experts, de décideurs, d’observateurs privilégiés, afin de présenter des points de vue originaux sur la Suisse ou sur une problématique intéressant la Suisse. Avec, au final, le souci d’enrichir le débat d’idées.

C’est pourquoi notre pays ne doit pas, et ne peut pas, devenir encore plus attractif – par exemple en fournissant sans condition des avocats gratuits à tous les réfugiés. Cela va tout simplement trop loin et c’est aussi un très mauvais signal. Le droit d’expropriation pour construire de nouveaux centres d’asile accordé par cette révision à la Confédération est également inacceptable.

La révision de la loi sur l’asile adoptée l’an dernier par le Parlement aurait les effets suivants:

Toutes les personnes demandant l’asile, donc également les migrants économiques et sociaux, disposent sans condition d’un avocat gratuit - un privilège que n’ont pas les citoyens suisses. C’est une violation claire de l’égalité des droits inscrite dans la Constitution fédérale. Elle entraînera aussi des multitudes de recours, des dépenses encore plus élevées et une application encore plus laxiste du droit d’asile.

Droit de propriété foulé aux pieds

La Confédération pourra exproprier communes, cantons ou particuliers pour obtenir les terrains ou les bâtiments nécessaires à l’établissement de nouveaux centres d’asile. On foule ici aux pieds non seulement le droit de propriété, lui aussi garanti par la Constitution, mais également l’autonomie des cantons et des communes.

Avec cette révision, le nombre de migrants qui peuvent rester dans notre pays va augmenter – qu’ils soient ou non menacés dans leur vie ou dans leur intégrité corporelle. Parce qu’elle n’améliore en rien le renvoi des personnes auxquelles l’asile a été refusé. Au contraire, il y a toujours plus de requérants qui restent – même si leurs demandes ont été rejetées. L’exécution des renvois fonctionne toujours plus mal. Les autorités en matière d’asile ne s’occupent presque plus que des flux de migrants, mais pas de l’application conséquente de la loi.

La Suisse devient encore plus attractive

L’an dernier, 40'000 demandes d’asile ont été déposées en Suisse. Ce chiffre n’a été dépassé que trois fois: en 1991 pendant la guerre des Balkans, ainsi qu’en 1998 et 1999 pendant la guerre au Kosovo. Actuellement, la majeure partie des demandes sont déposées par des Érythréens, des Africains du Nord ou des Afghans. En général, la vie ou l’intégrité corporelle des requérants venant de ces pays n’est pas menacée. La plupart sont des migrants économiques et sociaux.

La révision n’améliore pas non plus la lutte contre les abus. Au contraire, elle accroît encore l’attractivité de la Suisse comme pays de destination pour les immigrants illégaux. Pas seulement en raison des avocats gratuits, mais aussi des soins médicaux complets, de l’aide sociale et des cours de langue gratuits sur le dos des contribuables.

Problèmes d’application

La politique d’asile de la Suisse doit être humanitaire et indépendante, mais elle doit aussi combattre fermement les abus. Depuis les accords de Schengen, il n’y a plus de contrôles efficaces aux frontières de notre pays. Nous ne pouvons plus nous permettre cette ouverture et il faut rétablir des contrôles systématiques. C’est le seul moyen de retenir l’immigration clandestine et de lutter contre les bandes de passeurs.

Il est nécessaire de réduire considérablement l’attractivité de la Suisse pour les immigrants illégaux et il faut exécuter de manière conséquente les renvois des réfugiés purement économiques et des autres migrants illégaux. Les lois actuelles suffisent amplement pour le faire. Le problème est leur application. Il faut donc contraindre les autorités compétentes à agir conformément à la loi. C’est précisément ce que nous faisons en rejetant la révision de la loi sur l’asile.

 

Le point de vue exprimé dans cet article est celui de son auteur et ne correspond pas forcément à celui de swissinfo.ch



(Traduction de l’allemand: Olivier Hüther)

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×