Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Cinquième Suisse Le Parlement ne freinera pas la réorganisation des consulats

Pour Didier Burkhalter, le service consulaire est réorganisé et non pas démembré.

(EQ Images)

Il n’y aura pas de moratoire sur la réorganisation en cours des représentations diplomatiques suisses à l’étranger. La Chambre haute du Parlement a rejeté mardi une motion en ce sens. Mais pour les milieux de défense des intérêts de la Cinquième Suisse, la lutte continue.

Contrairement aux députés, qui avaient accepté la motion, les sénateurs l’ont refusée tacitement lors de leur séance de mardi. Avec ce refus de la Chambre haute, la motion est définitivement enterrée.

Celle-ci émanait du député de l’Union démocratique du centre (UDC / droite conservatrice) Roland Büchel. Il demandait de stopper toute nouvelle fermeture de consulat d’ici la fin de la présente législature (2015), le temps de dresser un bilan intermédiaire des fermetures effectuées jusqu’à maintenant.

Pour Roland Büchel, qui est par ailleurs membre du Conseil des Suisses de l’étranger, il est en effet clair que ce bilan est négatif. «Les prestations en faveur des Suisses de l’étranger se détériorent nettement au profit d’économies potentielles minimes», indiquait-il dans sa motion.

L’exemple de Wellington

S’exprimant devant les sénateurs, le ministre des Affaires étrangères a une nouvelle fois réaffirmé que la réorganisation en cours vise à créer des synergies et à mieux faire correspondre le réseau des représentations diplomatiques à la réalité d’aujourd’hui.

Le ministre estime qu’«il n’y a pas eu de réduction des prestations», contrairement à ce qu’estime Roland Büchel. Ce serait même le contraire.

Et Didier Burkhalter de citer un exemple: le consulat itinérant nouvellement utilisé en Nouvelle-Zélande a enregistré en neuf jours plus de demandes de passeports que durant toute une année dans la capitale Wellington.

Réorganisation

La réorganisation des consulats a débuté en 2011 et doit se terminer fin 2014.

Le but est d’effectuer des économies en regroupant des services au sein de centres régionaux.

Jusqu’à présent, une trentaine de représentations ont été fermées ou fortement réduites.

Les coupes les plus drastiques touchent l’Europe.

Fin de l'infobox

Explications exigées

Le ministre des Affaires étrangères a visiblement convaincu la majorité des membres de la Chambre haute, mais pas les représentants de la Cinquième Suisse. «Le Sénat se comporte de plus en plus comme le bras étendu de l’administration fédérale et renonce à son indépendance», a déploré Roland Büchel, interrogé par swissinfo.ch

Le parlementaire souhaite obtenir davantage d’explications. Il a demandé au gouvernement pourquoi presque 800 postes avaient été créés au sein du ministère des Affaires étrangères entre 2007 et 2012, alors que des représentations diplomatiques avaient été supprimées durant la même période.

Ce besoin d’explications est partagé par Rudolf Wyder. «Nous sommes déçus par la décision du Sénat. Nous appelons maintenant le gouvernement a fournir des chiffres détaillés sur les économies que les fermetures de consulats ont permis de réaliser jusqu’à présent», a déclaré à swissinfo.ch le directeur de l’Organisation des Suisses de l’étranger (OSE).

Autre membre du Conseil des Suisses de l’étranger, le sénateur démocrate-chrétien (PDC / centre-droit) Filippo Lombardi réclame pour sa part que le gouvernement consulte les commissions de politique extérieure des deux Chambres avant toute fermeture.

swissinfo.ch

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.