Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Extrémisme violent


Didier Burkhalter vante Genève et le modèle suisse devant l’ONU


Par Frédéric Burnand, Genève


A Genève, Didier Burkhalter et Ban Ki-Moon ont mis le projecteur sur les causes profondes du terrorisme. (Keystone)

A Genève, Didier Burkhalter et Ban Ki-Moon ont mis le projecteur sur les causes profondes du terrorisme.

(Keystone)

Les Nations Unies et la Suisse terminent vendredi à Genève une conférence internationale de deux jours sur la prévention de l'extrémisme violent. Le ministre des Affaires étrangères Didier Burkhalter a présenté l’engagement de la Suisse en la matière sur la scène internationale, les vertus de la démocratie semi-directe comme moyen de prévention face aux risques d’embrigadement des jeunes dans des groupes terroristes et les compétences de la Genève internationale.

Prenant la parole après le secrétaire général de l’ONU qui a évoqué «l'idéalisme, la créativité et l'énergie des 1,8 milliard de jeunes» que compte la planète, Didier Burkhalter a renchéri: «Pourquoi une telle réunion? Ou plutôt pour qui? Pour chaque enfant, pour chaque jeune, pour chaque femme et chaque homme victime de la trop grande fragilité de notre monde.»

Et ce avant de souligner le «rôle décisif» des Nations Unies dans la prévention de l’extrémisme violent. En la matière, la Suisse a la chance d’avoir un système inclusif et décentralisé, selon le ministre: «La structure fédéraliste de mon pays repose sur la conviction qu’une culture du dialogue, du compromis, de solutions inclusives et décentralisées, de respect des minorités et de séparation des pouvoirs constitue le fondement de la paix.»

Et Didier Burkhalter de préciser que Berne avait adopté en 2015 une nouvelle stratégie de lutte antiterroriste basée sur la prévention, la répression, la protection et la gestion des crises. Des domaines «qui s’inscrivent dans le cadre de la Constitution et sont en conformité avec le droit international, en particulier les droits de l’homme.»

Cette expérience nourrit l’engagement de la Suisse à l’international. «Concrètement, nous avons développé un plan d’action de politique étrangère pour la prévention de l’extrémisme violent. Avec comme priorités les jeunes et les femmes, ainsi que la Genève internationale.»

Didier Burkhalter a donné l’exemple d’un projet mené dans un quartier marginalisé de la banlieue de Tunis, qui vise une meilleure intégration des jeunes dans la vie sociale et politique et cité une initiative internationale lancée par la Suisse «prônant le développement de standards et de bonnes pratiques applicables au domaine de la justice juvénile dans un contexte de lutte antiterroriste.»

Pour finir, le ministre des Affaires étrangère a rappelé la présence à Genève d’une multitude d’acteurs œuvrant aux mêmes buts. C’est le cas également d’organisations fondées par la Suisse: le Centre de politique de sécurité de Genève (GCSP) et le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées de Genève (DCAF). Genève abrite également, a rappelé le ministre, le Fonds mondial pour l'engagement de la communauté et la résilience (GCERF).

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×