Aller directement au contenu
Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Nuages sur l’économie suisse


Le franc fort occulte les incertitudes sur les bilatérales


Par Andreas Keiser


L'économie suise n'a pas encore ressenti les effets de la votation du 9 février 2014 sur l'immigration de masse.  (Keystone)

L'économie suise n'a pas encore ressenti les effets de la votation du 9 février 2014 sur l'immigration de masse. 

(Keystone)

Il y a un an, l’économie suisse réagissait avec inquiétude à l’acceptation de l’initiative «contre l’immigration de masse». Jusqu’à présent, les conséquences économiques de la votation du 9 février ne se sont pourtant que peu faites sentir. L’appréciation soudaine du franc suisse a en revanche massivement détérioré les conditions-cadre de l’économie.

«L’environnement est caractérisé par une incertitude accrue en ce qui concerne notamment les décisions d’investissement», relève Klaus Abberger, responsable des questions conjoncturelles auprès de l’Institut KOF de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), près d’un an après l’acceptation par une courte majorité du peuple suisse de l’initiative anti-immigration lancée par la droite conservatrice.  

L’économie suisse se porte bien en comparaison internationale, selon Klaus Abberger. Mais l’initiative est «un facteur que l’on ressent», puisque «les entreprises ont en partie repoussé des investissements à plus tard». Le KOF estime que les investissements auraient été de 0,5 à 1 point de pourcentage supérieurs si l’initiative n’avait pas été acceptée. Selon une étude de l’institut conjoncturel zurichois, près de 15% des entreprises ont modifié leurs comportements en matière d’investissements à la suite du frein à l’immigration tiré par le peuple.

Les bilatérales profitent à la Suisse

La fin des accords bilatéraux avec l’UE compromettrait le modèle de réussite économique suisse, selon une étude du centre d’études conjoncturelles (KOF) de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich. Le KOF recommande ainsi d’étudier toutes les possibilités qui permettraient de maintenir les bilatérales. Publiée le 3 février, cette étude analyse l’influence des accords bilatéraux, et notamment celui concernant la libre circulation des personnes, sur le développement économique des dernières années en Suisse. En cas de résiliation, les répercussions les plus fortes se feraient sentir dans le domaine des investissements, notamment dans le secteur de la construction. A l’avenir, le Produit intérieur brut (PIB) serait amputé de 0,2 point de pourcentage chaque année, estime le KOF.

«Avec cette décision, les relations bilatérales entre la Suisse et l’Union européenne ont été sérieusement endommagées. Bruxelles a perdu sa confiance à l’égard de la Suisse», affirme Jan Atteslander, responsable des questions internationales chez economiesuisse, l’association faîtière de l’économie helvétique. Il ne faut toutefois pas exagérer les conséquences pour l’économie indigène, selon Jan Atteslander. «Les sociétés multinationales et les investisseurs européens sont certes devenus plus prudents, mais près de trois-quarts des entreprises partent jusqu’ici du principe que les accords bilatéraux seront maintenus».

Non, rien n’a changé

Dans les faits, l’économie suisse a connu une année 2014 faste. Les exportations ont augmenté de 3,5% à 208 milliards de francs, battant ainsi le record de 2008. Les importations, en revanche, n’ont cru que de 0,4%, pour atteindre 178 milliards de francs. L’excédent commercial a également franchi un nouveau palier, avec un surplus de 30 milliards de francs. Il n’existe en revanche pas encore de chiffres définitifs concernant la hausse du Produit intérieur brut (PIB).

Daniel Lampart, économiste en chef de l’Union syndicale suisse (USS), dresse peu ou prou le même constat. «Il n’y a pas eu d’impact majeur. Tant que rien n’est décidé, rien ne change fondamentalement». La Suisse a encore deux ans pour négocier une solution avec l’UE et mettre en œuvre le nouvel article constitutionnel, qui prévoit l’introduction de contingents pour les travailleurs de l’UE et la préférence nationale dans l’attribution des postes de travail.

Mais les négociations semblent bien mal entamées, puisque Bruxelles rejette catégoriquement les contingents. Dans un cas extrême, ce blocage pourrait conduire à la résiliation des accords bilatéraux et l’économie perdrait ainsi son accès au marché unique de l’UE.

Une «solution raisonnable» en vue?

Un scénario qui aurait de graves conséquences pour l’économie suisse. Mais on n’en est pas encore là. Le gouvernement présentera prochainement le mandat pour la renégociation avec l’UE de l’accord sur la libre-circulation des personnes.

«Nous pensons qu’une solution raisonnable pourra être trouvée avec l’Union européenne», estime Jan Atteslander. L’article constitutionnel prévoit en effet que l’initiative soit mise en œuvre conformément aux intérêts économiques de la Suisse, comme le souligne le représentant d’economiesuisse.

«Nous pensons qu’une solution raisonnable pourra être trouvée avec l’Union européenne» 

Jan Atteslander, economiesuisse

Avec la décision de la Banque nationale de mettre fin au taux plancher de 1,20 franc pour 1 euro qui prévalait jusqu’ici, les préoccupations concernant l’avenir des accords bilatéraux ont par ailleurs été relégués au second plan. «Le cours du franc est capable de provoquer un tournant économique. Les incertitudes quant à l’avenir des bilatérales ont un effet beaucoup plus modéré», avance Klaus Abberger.

Prévisions à la baisse

A la suite du «choc monétaire» provoqué par la décision de la BNS, le KOF a revu ses prévisions conjoncturelles à la baisse. L’institut zurichois part du principe que le franc évoluera près de la parité avec l’euro ces deux prochaines années. La chute du prix du pétrole a également été intégrée dans les prévisions.

En tenant compte de ces nouveaux paramètres, l’économie suisse devrait connaître une brève récession cet été. Sur l’ensemble de l’année, le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse devrait subir une contraction de 0,5%. En décembre, les experts zurichois prévoyaient encore une croissance de 1,9% en 2015.

Pour 2016, le KOF prévoit une stagnation de l’économie suisse. Les prévisions étaient là aussi bien plus optimistes au mois de décembre, avec une croissance du PIB annoncée à 2,1%. 


(Traduction de l'allemand: Samuel Jaberg), swissinfo.ch

Droits d’auteur

Tous droits réservés. Le contenu du site web de swissinfo.ch est protégé par des droits d’auteur. Il est destiné uniquement à un usage privé. Toute autre utilisation du contenu du site web au-delà de celle stipulée ci-dessus, en particulier la diffusion, la modification, la transmission, le stockage et la copie, nécessite le consentement préalable écrit de swissinfo.ch. Si vous être intéressé par l’utilisation du contenu du site web,contactez-nous à l’adresse contact@swissinfo.ch.

En ce qui concerne l’utilisation à des fins privées, il vous est uniquement permis d’ utiliser un hyperlien menant vers un contenu spécifique et de le placer sur votre propre site web ou sur le site web de tiers. Le contenu du site web swissinfo.ch peut être exclusivement incorporé dans un environnement sans publicité et sans aucune modification. Une licence de base non exclusive et non transférable est accordée et s’applique spécifiquement à l’ensemble des logiciels, des dossiers, des données et leur contenu téléchargeables sur le site web swissinfo.ch. Elle est limitée à un seul téléchargement et enregistrement desdites données sur des appareils personnels. Tous les autres droits restent la propriété de swissinfo.ch. En particulier, toute vente ou utilisation commerciale desdites données est interdite.

×