Toute l'actu en bref

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), n'était pas en mesure d'identifier immédiatement les auteurs des bombardements.

KEYSTONE/AP/MANU BRABO

(sda-ats)

Quatre raids aériens ont visé dimanche les quartiers rebelles de la ville syrienne d'Alep pour la première fois depuis l'entrée en vigueur lundi d'une trêve initiée par Moscou et Washington, selon l'OSDH. Plusieurs personnes ont été blessées, a-t-il ajouté.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), n'était pas en mesure de donner immédiatement d'autres détails, ni d'identifier les auteurs des bombardements.

Cité par l'agence de presse Interfax, le ministère russe de la Défense accuse les insurgés de se préparer à une offensive d'envergure contre l'armée syrienne malgré la trêve en vigueur depuis le début de la semaine.

Il reproche aussi aux Etats-Unis de ne pas avoir respecté ses promesses visant à séparer les "terroristes" des unités de l'opposition syrienne.

Aide bloquée

L'accord russo-américain instaurant la trêve prévoyait également l'acheminement d'aide humanitaire dans les zones rebelles d'Alep, où vivent selon l'ONU quelque 250'000 habitants assiégés par le régime du président Bachar al-Assad.

Alep est divisée entre des quartiers ouest tenus par le régime et des quartiers est contrôlés par ses opposants.

Mais, faute de garanties de sécurité suffisantes, des camions de l'ONU remplis de vivres et de médicaments sont bloqués depuis des jours dans une zone tampon entre les frontières turque et syrienne.

Unification nécessaire

La chef djihadiste du Front Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra avant l'annonce de sa rupture avec Al-Qaïda), Abou Mohammad al-Jolani, a affirmé samedi soir "que ni son organisation, ni les rebelles n'accepteront que le siège d'Alep continue".

Dans un entretien à la chaîne de télévision qatarie al-Djazira, il a souligné que "l'unification des rebelles est une nécessité" et que "les négociations continuent" dans ce but.

sda-ats

 Toute l'actu en bref