Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Réduction des émissions


L’objectif «ambitieux mais réaliste» de la politique climatique suisse




La Suisse produit 0,1% des émissions globales de gaz à effet de serre. (RDB)

La Suisse produit 0,1% des émissions globales de gaz à effet de serre.

(RDB)

D’ici 2030, la Suisse veut réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990. Jeudi, le gouvernement a mis en consultation trois projets pour atteindre cet objectif. Réaction immédiate des organisations environnementales: la Suisse n’en fait pas assez.

Approbation de l’accord de Paris sur le climat, révision de la loi sur le CO2 et accord avec l’Union européenne sur le couplage des systèmes d’échange de quotas d’émissions: le gouvernement met ces trois objets en consultation jusqu’au 30 novembre.

Neuf mois après l’accord sur le climat qualifié d’historique atteint à la COP21 de Paris - qui prévoit de limiter à 2 degrés la hausse des températures terrestres par rapport à l’ère préindustrielle -, la Suisse compte être parmi les 60 premiers pays à ratifier le texte, a dit jeudi Doris Leuthard, ministre en charge de l’environnement. Idéalement, a-t-elle précisé, l’accord devrait être approuvé par le parlement à l’été 2017.

L’objectif de Berne est de réduire dans les 15 ans les émissions de CO2 de 50% par rapport à 1990. Un objectif que la ministre qualifie d’«ambitieux mais réaliste». Actuellement, la Suisse est responsable de 0,1% des émissions mondiales.

Pour soutenir sa Stratégie énergétique 2050 et respecter les engagements pris à Paris, la Suisse a également l’intention de réviser sa loi sur le CO2. Les instruments déjà utilisés seront renforcés et le gouvernement fixera des objectifs intermédiaires, a dit Doris Leuthard. Pour réduire les émissions, la Suisse met en particulier l’accent sur les mesures dans le secteur du bâtiment (efficience énergétique), des transports, de l’industrie et de l’agriculture.

Enfin, le gouvernement a mis en consultation le projet de couplage des systèmes suisse et européen d’échange de quotas d’émission. Il porte sur la reconnaissance mutuelle de droits d’émission suisses et européens. Il permettra en particulier aux Suisses d’accéder au marché européen, nettement plus grand et plus liquide.

Selon l’Alliance climatique suisse, qui regroupe 66 organisations non gouvernementales, la Suisse ne tient malgré tout pas ses promesses. En particulier, soutiennent les défenseurs de l’environnement, la nouvelle loi sur le CO2 ne permettra pas à la Confédération d’atteindre ses objectifs et de passer totalement des énergies fossiles aux énergies renouvelables d’ici 2050.



(Traduction de l'italien: Marc-André Miserez), swissinfo.ch

×