Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Race for Water


Transformer le plastique des océans en électricité


Par Simon Bradley, Lausanne


 Autres langues: 4  Langues: 4
De nombreux animaux marins mangent du plastique, qui se concentre ensuite dans la chaîne alimentaire, causant de nombreux dégâts. (raceforwater.com)

De nombreux animaux marins mangent du plastique, qui se concentre ensuite dans la chaîne alimentaire, causant de nombreux dégâts.

(raceforwater.com)

Au terme d’un voyage de recherche autour du monde sur la pollution des océans par les plastiques, la Fondation Race for Water, basée en Suisse tire un constat: il est irréaliste d’envisager des nettoyages à grande échelle. Et propose une solution: transformer ces déchets en électricité.

«Nous sommes face à une situation désastreuse», a dit le président de la Fondation Marco Simeoni à la presse début mars à Lausanne. «Comme l’a annoncé récemment le Forum économique mondial, si nous ne faisons rien, d’ici 2050, nos océans contiendront, en termes de poids, plus de plastique que de poisson».

Les quantités de plastique produites chaque année continuent à augmenter de manière exponentielle. En 50 ans, elles sont passées de 15 millions de tonnes (1964) à 311 millions de tonnes (2014). On estime qu’aujourd’hui, plus de 5000 milliards de morceaux de plastique flottent dans les océans de la terre, causant des dommages à l’ensemble de la chaîne alimentaire.

A l'enseigne de «Race for Water Odyssey», la Fondation a mené l’année dernière une expédition scientifique de 300 jours sur les océans Atlantique, Pacifique et Indien pour étudier le problème. Les chercheurs ont visité cinq «gyres» océaniques, ces gigantesques tourbillons d’eau au centre desquels s’accumulent les déchets plastiques et étudié l’impact de cette pollution sur les populations des îles.

L’équipe de six personnes a inspecté 15 plages sur des îles, collectant des échantillons de plastique selon les techniques standards. Ceux-ci ont été envoyés pour analyse à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, à l’Université de Bordeaux et à la Haute école d'ingénierie et d'architecture de Fribourg. Le rapport final sera publié cet été, mais les premiers résultats indiquent que la pollution par les débris de plastique, qu’ils soient considérés comme macro (plus de 2,5 cm) ou micro (moins de 5 mm) est largement répandue.

«A certains endroits, vous avez l’impression de marcher sur une décharge publique», raconte Marco Simeoni, ajoutant que près de 80% des macro débris récoltés avaient été mâchés par des poissons ou des tortues.

Les niveaux de pollution varient selon les endroits, de 26 morceaux de macro débris (comme des bouteilles, des bouchons ou des brosses à dents) sur 10 m2 de plage à l’Ile de Pâques, jusqu’à 162 morceaux sur la même surface sur la Grande Ile d’Hawaï.

La quantité de micro débris trouvés sur les plages varie elle aussi. Les chercheurs ont rempli un sachet de 180 ml avec des morceaux trouvés sur 50cm2 de plage de l’Ile Rodrigues dans l’Océan Indien, mais il y en avait neuf fois plus sur la même surface de la Grande Ile d’Hawaï.

Capturer les plastiques

Race for Water n’est pas seule. Plusieurs initiatives de vaste ampleur ont été lancées pour lutter contre ces débris qui polluent les océans.

Ainsi, la presse a suivi de près le jeune entrepreneur néerlandais Boyan Slat (21 ans), fondateur de l’organisation Ocean Cleanup, qui prévoit d’installer une barrière flottante dans la Mer du Nord, à 23 kilomètres au large des côtes des Pays-Bas. Il espère pouvoir lancer un premier essai sur 100 mètres dans les prochains mois, afin d’arrêter les débris plastiques qui pourront être récupérés et recyclés. Le but ultime est de déployer d’ici 2020 une barrière de 100 kilomètres qui en dix ans pourrait «nettoyer jusqu’à la moitié de la poubelle plastique» que sont en train de devenir les océans. Un autre projet similaire est planifié pour cette année au large de l’île japonaise de Tsushima.  

ar ailleurs, des inventeurs anglais travaillent sur le SeaVax, un bateau alimenté par le soleil et par le vent qui selon eux peut aspirer et stocker 150 tonnes de débris plastiques par sortie.

Mais Marco Simeoni est sceptique quant à ces projets de nettoyage à grande échelle, qu’il qualifie d’«irréalistes». «Une grande partie des déchets se trouve sous l’eau, explique le président de Race for Water. On ne pourra pas collecter les microplastiques qui sont dispersés partout et transportés par les courants. Et dans les gyres, ils descendent jusqu’à des profondeurs de 1000 à 5000 mètres, où vous ne pouvez pas ancrer des machines. Le coût serait trop élevé, pour un résultat trop maigre».

Sa Fondation en est convaincue: une fois qu’un morceau de plastique entre dans l’océan, il est trop tard. Le défi, selon lui, c’est d’agir sur la terre ferme, près de la source, pour éviter que le plastique n’entre dans l’eau, et de trouver un moyen de faire de tous les plastiques des matières précieuses à recycler.

Source d’énergie

Dans de nombreuses grandes villes du monde, des gens survivent en collectant des déchets (verre, aluminium, fer, papier et parfois bouteilles en plastique recyclables) pour les vendre. Alors pourquoi pas carrément tous les déchets plastiques?

La Fondation pense avoir trouvé une solution rentable qui permettrait de payer des gens pour collecter du plastique afin de le transformer en électricité propre.

Elle est en tractations avec une société qui tient pour l’instant à rester anonyme, et qui a développé des procédés d’hydrolyse (gazéification) à ultra-haute température. La compagnie a des unités expérimentales avec des réacteurs qui brûlent les déchets à 1200-1400 degrés, sans oxygène. A ces températures, le plastique se transforme instantanément en gaz synthétique, un mélange composé principalement d’hydrogène, avec du méthane, du dioxyde et du monoxyde de carbone. Ces gaz combustibles pourraient ensuite être utilisés pour activer des turbines et produire de l’électricité.

«Une unité de cinq tonnes peut transformer 1680 tonnes de déchets plastiques par année en 3500 mégawattheures d’énergie. Soit assez pour couvrir les besoins en électricité de 2000 insulaires», calcule Marco Simeoni.

Le procédé présente en outre l’avantage de pouvoir brûler tous les plastiques ensemble, sans avoir à les trier et les nettoyer. Et il n’y a pas d’émissions toxiques.

La compagnie a conçu une unité de cinq tonnes et une autre de 25 tonnes et en est actuellement à la phase de production. Si tout se passe selon les plans, la Fondation espère utiliser cette technologie pour lancer un projet pilote sur l’Ile de Pâques dès la fin de 2016. L’idée pourrait ensuite être étendue à d’autres îles et finalement aux villes côtières, qui sont la principale source de pollution des océans.

Mais il reste pas mal d’obstacles à surmonter. Marco Simeoni admet que cette nouvelle technologie est complexe et pas encore maîtrisée à 100%. Sans oublier le nerf de la guerre – l’argent.

«Nous devons mobiliser les gens, éveiller les consciences et changer les comportements, mais ce n’est pas une mission facile. Nous essayons aussi de trouver des sponsors et des donateurs, mais ce n’est pas aisé non plus. Parler de déchets et de pollution, ce n’est jamais très attrayant».


Un océan de plastique – émission Mise au Point de la RTS, 6 mars 2016

Interview de Marco Simeoni, président de Race for Water (Mise au Point, 6 mars)


(Traduction de l’anglais: Marc-André Miserez), swissinfo.ch

×