Your browser is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this websites. Learn how to update your browser[Fermer]

Rapport de l'ONU


La Suisse n’est plus le pays le plus heureux du monde


Par Simona Verrazzo, Rome


Coucher de soleil sur les rives du lac de Zoug: les Suisses semblent être parmi les plus heureux du monde, du moins si l'on en croit le World Happinness Report 2016.  (Keystone)

Coucher de soleil sur les rives du lac de Zoug: les Suisses semblent être parmi les plus heureux du monde, du moins si l'on en croit le World Happinness Report 2016. 

(Keystone)

Le Danemark déloge la Confédération de la première place du classement du World Happiness Report, présenté mercredi à Rome dans le cadre de la Journée internationale du bonheur, célébrée le 20 mars par l’ONU.

L’étude, réalisée par le programme Réseau de solutions pour le développement durable de l’ONU, analyse les conditions de vie dans 157 pays. Elle se base sur 38 indicateurs, qui vont du système politique au degré de corruption dans la société en passant par l’éducation ou l’accès aux soins. Nouveauté: ce quatrième rapport (les autres ont été publiés en 2012, 2013 et 2015) prend également en compte les conséquences des inégalités dans la distribution du bien-être. Les données couvrent les années 2013 à 2015.

Un quatuor de pays se dégage une nouvelle fois en tête du classement: le Danemark, l’Islande, la Norvège et la Suisse. Cette année, le Danemark – troisième l’an dernier – a toutefois réussi à monter sur la première marche du podium. La Suisse occupe la deuxième marche, suivie des deux autres pays nordiques.

A l’exception de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et du Canada, tous les Etats du top-10 se situent sur le Vieux-Continent. Le flux de migrants qui a atteint l’Europe depuis l’été dernier n’a pas modifié la perception du bonheur. Il en va de même des attentats terroristes: la France se situe en 32e position (elle était 29e en 2015), l’Autriche progresse d’une place (12e), alors que le bond en avant de l’Allemagne est encore plus spectaculaire (du 26e au 16e rang). L’Italie, de son côté, reste cantonnée à la 50e place. 

En tenant compte uniquement des facteurs pris en considération dans le rapport, l’Afrique subsaharienne reste de loin la région la plus malheureuse du globe. Huit des dix derniers pays du classement sont issus de cette région. Le Burundi ferme la marche, précédé de la Syrie, un pays en proie depuis plus de 5 ans à une guerre civile dévastatrice.

(Traduction de l'italien: Samuel Jaberg)

×