Toute l'actu en bref

Le groupe d'action financière (Gafi) de l'OCDE exige de la Suisse qu'elle améliore sa lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (image symbolique).

KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

(sda-ats)

Immigration de masse, blanchiment d'argent, cybercriminalité occupent les pages de la presse dominicale. En voici les titres:

NZZ am Sonntag / Schweiz am Sonntag: le National ayant proposé sa version de l'application de l'initiative contre l'immigration de masse, c'est maintenant au Conseil des Etats d'examiner le dossier. L'ancien président PLR Philipp Müller défend dans la NZZ am Sonntag une version légèrement renforcée de la solution dite de préférence nationale "light". Selon lui, un employeur ne doit pas seulement annoncer ses offres d'emplois aux centres régionaux de placements. "Lorsqu'il n'engage pas un demandeur d'emploi autochtone proposé par un des centres, il doit dire pourquoi". Renforcer la priorité indigène, c'est aussi l'objectif du président du PS Christian Levrat. Mais à un tout autre endroit, explique-t-il lors d'un entretien avec l'hebdomadaire "Schweiz am Sonntag". Lui veut "consolider la protection contre les licenciements abusifs". Nous devons donner de la voix à ces situations qui voient un collaborateur de longue date renvoyé et remplacé par un travailleur étranger meilleur marché, soutient-il en substance.

Le Matin Dimanche / SonntagsZeitung: Le groupe d'action financière (Gafi) de l'OCDE exige de la Suisse qu'elle améliore sa lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. C'est ce qui figure dans un rapport qui sera publié lundi, mais dont les hebdomadaires Le Matin Dimanche et SonntagsZeitung ont pu consulter la dernière version. Après une visite en Suisse, les experts du Gafi pointent des manquements dans la surveillance helvétique des marchés financiers. Ils critiquent aussi la position suisse concernant les sociétés offshore et recommandent d'augmenter les moyens de contrôle sur celles-ci ainsi que d'étendre la législation suisse contre le blanchiment aux avocats, notaires et autres agents de fiduciaires.

SonntagsBlick: Trois femmes socialistes sont, selon des informations du SonntagsBlick, dans les starting-blocks pour présider le Conseil national lorsque le poste reviendra au PS en 2019. Chantal Galladé (ZH), Edith Graf-Litscher (TG) et Marina Carobbio Guscetti (TI) sont dans la course. Le parti à la rose doit décider le 19 novembre de la personne qu'il présentera au poste de vice-président du Conseil national. En 2017, selon le tournus établi, c'est l'UDC zurichois Jürg Stahl qui occupera le siège. Il sera suivi en 2018 par le PDC Dominique de Buman.

Le Matin Dimanche: Ouverts 24h/24 et sans rendez-vous, les établissements hospitaliers sont plébiscités par la population suisse, mais cette flexibilité à un coût. Selon la faîtière des caisses maladie SantéSuisse, citée par Le Matin Dimanche, une consultation à l'hôpital revient en moyenne à 427 francs, contre 196 francs chez le médecin de famille. En 2014, les centres d'urgences des hôpitaux suisses (sans les longues hospitalisations) ont facturé plus de 80 millions de francs de prestations. Sans pouvoir établir le nombre de cas bagatelle, les coûts baisseraient si ces patients se rendaient chez leur généraliste, conclut l'hebdomadaire.

NZZ am Sonntag: Le Ministère public de la Confédération mène une instruction contre une personne pour possibles crimes de guerre dans le conflit en Syrie. La procédure court depuis août, ont indiqué les autorités au journal alémanique NZZ am Sonntag, sans donner plus amples détails. Elle a été déclenchée par le Secrétariat d'Etat aux migrations qui est légalement obligé de signaler ce genre de cas aux autorités pénales. L'année dernière il en a relevé 400.

Le Matin Dimanche: Les attaques informatiques préoccupent les banques. "Il faut en moyenne 250 jours pour qu'une entreprise, une administration publique ou une banque découvrent qu'un ver se trouve dans leur système et est en train de voler des données", explique Sven Bossu directeur du Salon Sibos, congrès mondial réunissant les plus grandes banques de la planète dans un entretien avec Le Matin Dimanche. Car l'attaque pour les criminels est relativement facile, une seule faille suffit, "pour les banques le défi est énorme, car elles doivent blinder l'entrée de l'édifice".

sda-ats

 Toute l'actu en bref