Toute l'actu en bref

Selon l'Office fédéral de la santé, des actes médicaux seraient facturés deux fois, soit à l'assurance de base et à une complémentaire depuis 2012, révèle Le Matin Dimanche dans son édition du jour (image symbolique).

KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE

(sda-ats)

Double facturation des frais médicaux et relations américano-helvétiques occupent les pages des journaux dominicaux. La compagnie Emirates et les hosties ne sont pas en reste. Voici les titres:

Schweiz am Sonntag: La Suisse soigne depuis plus d'un an ses liens avec l'équipe de celui qui a été élu président des Etats-Unis le 8 novembre. Le conseiller fédéral Didier Burkhalter avait pris contact en septembre 2015, car il croyait aux chances de victoire de Donald Trump. "Nous avons des contacts autant avec l'équipe qui a mené la campagne électorale qu'avec celle qui doit organiser la transition de présidence", a fait savoir le ministre des Affaires étrangères lors d'un entretien avec le journal alémanique Schweiz am Sonntag.

Selon lui, les déclarations parfois radicales du républicain sont à relativiser. L'équipe de transition de Donald Trump a déjà souligné qu'elle "précisera ses positions". Ce que l'équipe de campagne n'avait, elle, pas fait: "elle voulait simplement gagner cette élection. Point barre".

Le Matin Dimanche: Selon l'Office fédéral de la santé, des actes médicaux seraient facturés deux fois, soit à l'assurance de base et à une complémentaire depuis 2012. Le préjudice porterait sur plusieurs centaines de millions mais l'OFSP ne peut pas chiffrer son ampleur, révèle le Matin Dimanche. Cette dernière n'a pas la compétence légale pour agir et a donc averti l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers ainsi que la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé.

Pour Pierre-Yves Maillard, directeur du département vaudois de la Santé, interrogé par l'hebdomadaire romand, cette problématique "pourrait expliquer pourquoi les patients avec des assurances privées sont à ce point davantage hospitalisés que les autres pour certaines pathologies simples".

NZZ am Sonntag: Quatre travailleurs étrangers sur cinq qui arrivent en Suisse ne font pas partie des spécialistes dont elle a urgemment besoin. Telle est la conclusion d'une étude menée par la Direction de l'économie publique zurichoise non encore publiée, mais dont la NZZ am Sonntag s'est procuré une copie. Selon cette étude, ce sont surtout des étrangers actifs dans les domaines de la gastronomie, le commerce de détail et la construction que les employeurs vont chercher, alors que dans ces branches le taux de chômage indigène est comparativement élevé.

Schweiz am Sonntag: Un Irakien ne sera pour l'heure pas reconduit à la frontière, même s'il représente un risque pour la Suisse. Le tribunal fédéral de Lausanne a stoppé la procédure d'expulsion de cet homme âgé de 24 ans et qui se trouve actuellement dans le centre de détention bâlois dédié aux personnes en attente de leur renvoi. Les juges ont suivi l'argumentation de l'homme, rapporte le journal alémanique Schweiz am Sonntag. Ce dernier fait valoir que les informations divulguées par les médias permettront aux autorités irakiennes de l'identifier. Or en Irak, il risque d'être torturé, notamment parce que son oncle fait partie du groupe Etat islamique. Son expulsion sera décidée définitivement lors d'une autre procédure.

Schweiz am Sonntag: Le président de la compagnie Emirates Tim Clark se dit content de son marché en Suisse, en particulier à Genève, où les marges "sont parmi les plus élevées au sein de notre réseau". Il n'exclut pas d'y étendre l'offre. Toutefois, si l'envie et la demande semblent au rendez-vous, le président d'Emirates reste prudent. Pour qu'une compagnie relie deux Etats tiers sans s'arrêter dans une ville de son pays d'origine, en l'occurrence Dubaï, elle a besoin de l'approbation de l'office fédéral de l'aviation civile. Or Emirates a déjà fait une telle demande afin de proposer des vols directs à destination du Mexique, il y a environ un an. Mais l'office fédéral n'y a toujours pas répondu, déplore Tim Clark.

Le Matin Dimanche: Les hosties fabriquées en Suisse souffrent sur le marché. Vendues à un tarif unique de 7 centimes l'unité, elles ne peuvent plus rivaliser avec l'offre en ligne, notamment italienne et polonaise qui propose l'hostie à un prix imbattable de 2 centimes, rapportent le Matin Dimanche. De quoi inquiéter les quelques couvents helvétiques dont l'essentiel de la subsistance provient de la vente de ces produits.

sda-ats

 Toute l'actu en bref