Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Sarah Kora Dayanova a dansé la finale du Prix de Lausanne

La jeune danseuse suisse Sarah Kora Dayanova, en finale, dimanche, au Palais de Beaulieu.

(Keystone)

De l'Ecole de l'Opéra de Paris, Sarah Kora Dayanova, 16 ans, a conquis le Prix de la meilleure candidate helvétique du 29e Concours international pour jeunes danseurs à Lausanne. Ainsi que le Prix des téléspectateurs de la Télévision suisse romande.

Mais d'un point de vue général, c'est la médaille d'or du Prix de Lausanne qui a surpris l'auditoire du Palais de Beaulieu, dimanche, et défraie la chronique, ce lundi.

En effet, le jury du Prix de Lausanne ne l'avait plus décernée depuis cinq longues années. Et pensait même l'abandonner purement et simplement.

Ainsi, à l'enseigne de cette 29ème édition, le Prix d'excellence (ou médaille d'or de la danse) du Concours international pour jeunes danseurs a été décerné à l'Espagnol Jaime Garcia Castilla. Qui, à 17 ans, a également ravi le Prix d'interprétation contemporaine.

Au total, à l'issue de la finale de dimanche soir, le jury a récompensé huit filles et sept garçons de neuf pays. Neuf d'entre eux se sont vu décerner des bourses ou stages d'une année dans les prestigieuses écoles de danse qui, aux quatre coins du monde, soutiennent le Prix de Lausanne.

Parmi les lauréats, on relèvera les deux Français: Louisa Rachedi et Ludovic Ondiviela, tous deux du Studio Ballet Collette Armand notamment. Mais aussi, une Russe, deux Japonaises, un Japonais et une Thaïlandaise.

Quant à «notre» seule candidate romande, la Fribourgeoise Nicole Morel, certes elle n'a pas réussi à se qualifier pour les demi-finales (les 30 derniers participants), mais elle a tout de même reçu du jury l'encouragement à poursuivre son art. Ce qui n'est pas rien.

Car contrairement à ce que l'on pourrait penser, un tel soutien n'est pas donné en guise de simple consolation. En effet, les maîtres de ballet du jury peuvent très bien recommander à l'un ou l'autre des candidats de réfléchir à une autre voie. C'est aussi pour cela que le Prix de Lausanne existe. Et en ce sens, il a une véritable valeur pédagogique.

Toujours est-il que cette 29e édition aura attiré pas moins de 123 candidats de 27 pays. Le président du jury, John Neumeier, directeur du Ballet de Hambourg, a souligné «l'évolution réjouissante prise par le Prix de Lausanne qui, aujourd'hui, favorise le développement artistique et personnel des jeunes talents, et pas seulement leur esprit de compétition».

Par ailleurs, technologie oblige; pour la première fois, la demi-finale et la finale auront ont été diffusées en direct sur l'Internet. 20 000 personnes se seraient connectées au site durant la manifestation culturelle.

Au-delà des bourses distribuées aux lauréats, quatre séminaires axés sur la formation et la santé (alimentation) des jeunes danseurs ont réuni plus de 500 participants, soit plus du double de l'an dernier.

Oui, la danse est un art de vivre. Difficile, exigeant même. Mais qui relie, étire et transcende mieux que tout autre discipline le corps entre ciel et terre. Pour la grandeur de l'âme.

Emmanuel Manzi

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.