CERN

Le monde des chasseurs de particules

Sciences & Tech

Des cerveaux qui cogitent sur des tabelles, des visages rieurs, des notebooks et, partout, des tableaux noirs ou blancs couverts de gribouillages pour initiés: le centre de recherche du CERN, près de Genève, constitue un monde en soi.

Dix mille personnes de (presque) toutes les nations de la planète travaillent ici, dans des centaines de bâtiments éparpillés sur un immense terrain. Des constructions utilitaires grises dans la verdure, des couloirs aux sols bon marché. Une pancarte est accrochée à une porte: «Pas de nettoyage ici». Les chercheurs ne se soucient ni de faire de l'ordre sur leur bureau, ni de soigner leur habillement. Pas besoin de luxe pour penser.

La richesse se trouve sous terre: dans le plus grand accélérateur de particules du monde, dans des installations gigantesques consacrées à la physique fondamentale.

Le photographe suisse Andri Pol a passé deux ans au CERN, observant et attendant patiemment les bons moments. Le résultat de son travail a paru sous forme de livre. «C'est l'enthousiasme de ces passionnés qui m'a fasciné et m'a donné envie de faire ce livre, explique Andri Pol. Et après ces deux ans, je ne peux que le confirmer: ça valait la peine d'observer. J'ai beaucoup appris.»

(Photos: Andri Pol; texte: Andreas Keiser, swissinfo.ch)

 
Les commentaires ne peuvent pas apparaître pour le moment