Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Christa de Carouge s'en est allée à l'âge de 81 ans. Ses créations vestimentaires noires ont fait sa renommée.

KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

(sda-ats)

Christa de Carouge, la designer d'habits la plus connue de Suisse, est morte à l'âge de 81 ans. Elle est décédée subitement mardi, après une courte et grave maladie. Une de ses collaboratrices a confirmé à l'ats l'information révélée par la "NZZ".

Il y a quelques semaines, Christa de Carouge avait déclaré au magazine "Schweizer Familie" qu'elle ne comptait pas vivre au-delà de 88 ans. "Je ne veux pas mourir à l'hôpital ou dans un EMS". Le musée d'art de Zoug consacre depuis novembre une rétrospective à son oeuvre. Jusqu'à récemment, l'artiste y menait encore des visites.

L'icône du style vestimentaire était née sous le nom de Christa Furrer. Comme en Suisse romande, où elle a habité et créé pendant plus de 40 ans, son nom se prononce comme "Führer", elle avait adopté le patronyme de Carouge, son endroit préféré.

Christa de Carouge avait ouvert sa propre boutique dans la cité sarde en 1978. Depuis, elle n'avait jamais cessé d'être en vue. Encore aujourd'hui, on peut croiser dans la rue des personnes portant l'un de ses manteaux caractéristiques, indique son biographe Goerg Weber.

Les vêtements de préférence noirs de Christa de Carouge étaient chers, car ils étaient fabriqués en Suisse à partir de matériaux de première qualité. Ils demeurent toutefois intemporels et sont presque inusables. La conceptrice d'habits ne se considérait pas comme une faiseuse de mode, et avait les tendances en horreur.

Première collection à 47 ans

Christa de Carouge avait conçu sa première collection en 1983, la première entièrement noire en Suisse, une sensation. Plus de 1000 personnes étaient venues assister à l'évènement au Palladium. Ce n'était pas un défilé classique, mais une présentation théâtrale et musicale. Les vêtements s'étaient vendus en trois semaines.

L'artiste, née à Bâle, était alors déjà âgée de 47 ans. Son parcours n'a pas ressemblé à une route rectiligne. Couturière, le métier de sa mère, n'était dès le départ pas une option pour elle. Bonne en dessin, Christa de Carouge s'était alors tournée vers le graphisme.

Elle avait suivi les cours préliminaires de l'école des arts appliqués de Zurich, avant de commencer un apprentissage, qu'elle avait abandonné à cause d'un maître de stage peu ouvert aux idées de son temps. Elle avait ensuite été engagée par l'agence Gisler et Gisler, et avait mené des campagnes publicitaires.

C'est l'amour qui l'a finalement conduite à découvrir le monde de la mode. En 1963, elle s'est mariée avec le professionnel du textile Rudi Hegetschweiler qui lui a fait connaître Paris et Genève. En 1965, le couple avait ouvert au bout du lac la "Boutique pour Monsieur", puis le magasin "La Garçonne" en 1966, toujours à Genève.

Les affaires marchaient bien. "Nous avions trop d'argent, des voitures trop grosses et mon mari fréquentait de trop nombreuses maîtresses", avait confié Christa de Carouge à son biographe. L'histoire s'était terminée par un divorce. En 1978, l'artiste fondait son propre magasin sous l'enseigne "Christa de Carouge".

Les créations de Christa de Carouge sont alors devenues rapidement disponibles à Zurich, ainsi que dans les métropoles allemandes et autrichiennes. Elles ont fait l'objet d'expositions dans les musées et ont été récompensées. En 2004, l'artiste revenait à ses origines et s'installait au moulin de Tiefenbrunnen, à Zurich. Son commerce a fermé en 2013, mais il reste encore accessible à une clientèle triée sur le volet.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS