"Pas besoin de subventionner les centrales", selon Doris Leuthard


 Toute l'actu en bref

BKW a décidé de débrancher la centrale de Mühleberg. Certains politiciens exigent des subventions pour l'atome (archives).

Keystone/GAETAN BALLY

(sda-ats)

La ministre de l'énergie Doris Leuthard ne veut pas de subventions pour les centrales nucléaires. "Lorsque l'on fait du profit durant 40 ans, il doit être possible de surmonter quelques années de perte", dit-elle dans une interview de la SonntagsZeitung.

L'atome est bon marché, car beaucoup de coûts sont amortis. Seuls les coûts liés à la sécurité peuvent être élevés. "Mais il revient ensuite à l'entreprise de décider si elle investit ou si elle coupe le courant", selon Doris Leuthard.

L'Argovienne se dit étonnée que Christoph Blocher, "un homme de l'économie", exige des subventions. "L'énergie atomique est la seule source d'énergie qui n'est pas directement subventionnée et cela doit rester ainsi", estime la présidente de la Confédération.

Dans une interview du Tages-Anzeiger en décembre, l'ancien conseiller fédéral UDC avait réclamé une nouvelle fois que la Suisse subventionne tous les producteurs d'électricité tant que l'étranger continuait de pratiquer du dumping sur les prix.

Pas de solution étatique

Pour Mme Leuthard, une société étatique de défaisance n'entre pas en question "pour le moment". Et de citer en exemple les Français qui ont besoin de subsides, leurs centrales étant en révision.

L'énergie hydraulique peut actuellement être achetée à un bon prix, souligne la conseillère conseillère fédérale PDC. On peut toujours faire de l'argent en hiver, contrairement à l'été où le marché a changé. A cette période, d'autres énergies, comme l'éolienne et le solaire, lui font de la concurrence.

ATS

 Toute l'actu en bref