Toute l'actu en bref

En 2015, deux tiers des mineurs vaudois ont pu acquérir de l'alcool sans avoir l'âge requis, estime la Fondation vaudoise contre l'alcoolisme. Le gouvernement rappelle les risques encourus (photo symbolique).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les résultats des achats-tests menés en 2015 par la Fondation vaudoise contre l'alcoolisme (FVA) préoccupent le Conseil d'Etat. Deux tiers des jeunes ont pu acheter de l'alcool sans avoir l'âge requis.

Les chiffres sont toutefois meilleurs que lors des deux dernières enquêtes menées en 2011 et 2013 où les taux atteignaient respectivement 85,5% en et 79,1%. Reste que la FVA juge le résultat "alarmant".

En 2015, dans les commerces de vente à l'emporter, la moitié des établissements testés a accepté la vente aux jeunes. Le taux frise les 72% dans les établissements avec consommation sur place, indique jeudi Conseil d'Etat.

Carte d'identité

Lors des achats-tests menés l'an dernier, une pièce d'identité a été demandée dans moins d'un cinquième des cas, précise la FVA. Mais ce taux varie selon les établissements: 43,6% dans la vente à l'emporter et 9,7% lors de la consommation sur place.

Face à ces chiffres, le conseiller d'Etat Philippe Leuba a décidé d'adresser un courrier à tous les exploitants des établissements et des commerces vaudois vendant de l'alcool. Le ministre de l'économie et du sport y rappelle que toute personne engagée dans un établissement doit être informée de la législation.

Grosse amende

Côté sanction, les fautifs peuvent se voir signifier une interdiction provisoire ou définitive de vendre des boissons alcooliques. Et risquent une amende pouvant aller jusqu'à 20'000 francs.

De son côté, la FVA souligne qu'il y a eu une amélioration même si elle est insuffisante. Elle y voit un encouragement à poursuivre ses efforts de prévention. Les achats-tests ont été effectués par des jeunes de 13 à 17 ans accompagnés par des professionnels sur un échantillon de 350 commerces.

sda-ats

 Toute l'actu en bref