Toute l'actu en bref

Aldi et son concurrent Lidl misent sur les produits frais et ceux provenant d'une agriculture de proximité pour attirer une clientèle plus urbaine (archives).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

(sda-ats)

Aldi et Lidl vont s'installer en plein centre de Zurich. Selon Patrick Schnorf, associé de Wüest & Partner, cette expérience risque de faire tache d'huile en Suisse romande.

Il est tout à fait possible de voir les deux enseignes allemandes s'installer dans les centres-villes de Suisse romande. Les magasins à bas prix sont en train de se repositionner, explique Patrick Schnorf dimanche dans une interview au journal dominical Le Matin Dimanche.

Réaction émotionnelle

Selon lui, le marché est arrivé à saturation. Les deux sociétés visent donc désormais "une clientèle plus large que celle intéressée uniquement par leurs prix bas".

Pour ce faire, les deux distributeurs misent sur les produits frais et ceux provenant d'une agriculture de proximité. "Leur implantation dans l'hypercentre illustre ce changement de stratégie" car elle permet de viser "une clientèle urbaine", souligne Patrick Schnorf.

Selon lui, ce repositionnement se retrouve dans tous les pays où les deux hard discounters sont présents. Il ne s'agit donc pas d'une tendance purement helvétique.

A ses yeux, la levée de boucliers contre l'installation au centre ville de Zurich de ces deux enseignes relève "de l'émotionnel et du culturel". "Il se peut qu'un réflexe de rejet existe du fait que ces deux chaînes sont allemandes. Les consommateurs helvétiques, zurichois en l'occurrence, ne parviennent toujours pas à s'identifier à ces marques, à les considérer comme suisses", conclut-il.

sda-ats

 Toute l'actu en bref