Athènes accepte des concessions pour s'entendre avec ses créanciers


 Toute l'actu en bref

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem (à droite) s'est entendu avec le ministre grec des Finances Euclid Tsakalotos (à gauche).

KEYSTONE/AP/THIERRY MONASSE

(sda-ats)

Le gouvernement grec a accepté de légiférer dès aujourd'hui des mesures qui permettront de remplir les objectifs budgétaires fixés par ses créanciers européens. Cela permet ainsi d'avancer sur son plan de sauvetage, a appris l'AFP de sources concordantes.

"Le ministre grec des Finances Euclid Tsakalotos a indiqué aux institutions (représentant les créanciers) qu'il était d'accord pour pré-légiférer des mesures afin de remplir les objectifs", a précisé une source proche du dossier.

Après l'annonce de cette concession, selon une autre source proche, le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a annoncé le retour prochain des chefs de mission (représentant les institutions) à Athènes pour finaliser l'accord.

"Je suis très heureux avec ce résultat aujourd'hui", s'est félicité M. Dijssebloem, lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion - inhabituellement courte - des 19 grands argentiers de la zone euro.

A Athènes, les chefs de mission - représentant les créanciers de la Grèce, la zone euro et le FMI - "vont travailler avec les autorités grecques sur un paquet supplémentaire de réformes structurelles du système fiscal, du système des retraites et de la régulation du marché du travail", a ajouté M. Dijsselbloem, qui est également le ministre néerlandais des Finances.

ATS

 Toute l'actu en bref