Toute l'actu en bref

Plus on approche du scrutin, plus le soutien à l'initiative AVSplus s'effrite, selon le sondage Tamedia.

KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

(sda-ats)

L'initiative AVSplus passe sous la barre des 50% à dix jours du scrutin tandis que celle pour une économie verte poursuit sa descente. A l'inverse, la loi sur le renseignement continue de convaincre une majorité de Suisses, selon un sondage Tamedia.

Si les Suisses avaient dû voter du 8 au 10 septembre, quand ils ont été interrogés, 49% auraient apporté leur soutien à l'initiative AVSPlus, selon les résultats du sondage publiés mercredi. Ils étaient encore 54% lors de la dernière enquête fin août et 60% quinze jours plus tôt.

Le camp du non rassemble lui aussi 49% d'intentions de vote contre 40% fin août et 32% lors du premier sondage Tamedia. L'argument le plus souvent avancé par ceux qui disent non est qu'une augmentation des rentes pour tous ne serait financièrement pas tenable. Ils rejettent le principe de l'arrosoir et estiment que les jeunes ne devraient pas se "saigner" à nouveau pour les retraités.

Pour les partisans d'AVSplus, c'est la faiblesse des rentes et la difficulté d'en vivre qui sont mises le plus souvent en avant. De nombreux Suisses et Suissesses avec un 2e pilier faible comptent principalement sur l'AVS pour vivre.

L'économie verte fait peur

Comme le veut la tendance normalement réservée aux initiatives, celle en faveur d'une économie verte a elle aussi perdu du terrain avec 42% de oui. Fin août, elle rassemblait encore 47% d'avis favorables contre 49% lors du premier sondage.

Le nombre de personnes rejetant l'initiative en faveur d'une économie verte a grimpé à 52%, après 43% fin août et 33% mi-août. Elles craignent une hausse des prix des produits. A l'inverse, on met en avant le devoir envers les générations à venir et le souci de l'environnement.

Renseignement

La loi sur le renseignement continue de rassembler à peu près le même nombre de partisans que lors du dernier sondage, 58% contre 59%. Mi-août, le soutien était à peine moins marqué avec 55%. La part du non a elle passé à 39%, après 37% et 38% lors des deux précédents pointages.

La Suisse n'est pas assez protégée contre les menaces terroristes, selon ses défenseurs. Et elle dépend trop des informations données par des services secrets étrangers.

Ses détracteurs relèvent que la loi mène à un Etat fouineur, qui peut s'ingérer dans la sphère privée des citoyens. Ils estiment que les autorités disposent déjà des outils nécessaires.

A dix jours du vote, la part d'indécis est relativement faible. Elle s'échelonne entre 2% pour AVSplus, 3% pour la loi sur le renseignement et 4% pour l'économie verte.

Les résultats se basent sur 13'945 réponses pondérées selon des variables démographiques, géographiques et politiques. Il a été réalisé en ligne. La marge d'erreur est de +/- 1,2%.

sda-ats

 Toute l'actu en bref