Toute l'actu en bref

De janvier à fin mars 2016, la Suisse a enregistré 8315 demandes d'asile, soit 45% de moins qu'au quatrième trimestre 2015. Mais la Confédération et les cantons doivent se préparer à une nouvelle hausse du nombre de demandes en cours d’année.

La baisse des demandes a été continue sur les trois premiers mois de l'année. En mars, 1992 demandes ont été enregistrées, soit près d'un quart en moins par rapport à février, annonce jeudi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) dans un communiqué.

Par rapport au premier trimestre 2015, les demandes d'asile enregistrées au premier trimestre de cette année représentent toutefois une augmentation de 3826 demandes, rappelle le SEM.

Deux aspects combinés expliquent la baisse saisonnière. D'une part, un phénomène que l'on constate chaque hiver: la Méditerranée est difficilement navigable. Il y a donc moins de personnes qui arrivent en Italie, indique la porte-parole du SEM Léa Wertheimer.

D'autre part, depuis le début du mois de mars 2016, "les Etats concernés situés le long de la route des Balkans ont quasiment empêché toute poursuite du voyage des migrants", poursuit-elle.

En octobre 2015, plus de 210'000 migrants ont ainsi débarqué sur les îles grecques. Ils n’étaient plus que 67'000 en janvier 2016, 57'000 en février et 27'000 en mars.

Afghans et Syriens en tête

Au premier trimestre 2016, le principal pays de provenance était l'Afghanistan, avec 2041 demandes, soit 3861 de moins qu’au quatrième trimestre 2015 (–65 %). La Syrie arrive en deuxième position, avec 873 demandes (–64 %). Elle est suivie de l'Irak avec 731 demandes (–54 %).

Le nombre de demandes des Erythréens est également en baisse, de 38%, et s'est monté à 641. Près de la moitié de ces demandes résultent de la naissance d'enfants dont les parents avaient une procédure d'asile en cours, précise le SEM.

Asile pour 1658 personnes

Au cours du premier trimestre 2016, un total de 7976 demandes d'asile ont été réglées en première instance, soit 1098 de plus (+16 %) qu'au dernier trimestre 2015.

L'asile a été accordé à 1658 personnes, soit un taux de reconnaissance de 23,7 %, une légère hausse par rapport au trimestre précédent (22%). 2480 demandes ont été rejetées, et 993 autres, devenues sans objet, ont été classées, détaille le SEM.

Concernant les décisions de non-entrée en matière (NEM), 2845 ont été rendues, dont 2729 dans le cadre d'une procédure Dublin. Le SEM traite en priorité les demandes d'asile qui relèvent de la compétence d'un autre Etat du système Dublin.

Dans ce cadre, la Suisse a déposé des demandes de prise en charge auprès d'autres Etats pour 5809 personnes. Dans 3010 cas, la demande a été acceptée. Dans 2675 autres cas, elle a été rejetée. La réponse est encore pendante pour les demandes restantes.

Au total, 2482 personnes ont quitté la Suisse lors de la période sous revue: 701 migrants ont quitté le territoire suisse d'elles-mêmes, 997 personnes ont été rapatriées dans leur pays d'origine et 784 transférées dans un Etat tiers ou un Etat Dublin. Par ailleurs, 1626 personnes ont quitté la Suisse sans annoncer leur départ aux autorités.

Evolution incertaine

En raison d'un contexte international volatil, l'évolution de la situation reste incertaine. Difficile donc d'effectuer des prévisions fiables pour l'année 2016, admet l'administration fédérale.

Mais le nombre de débarquements en Italie centrale devrait augmenter fortement ces prochains mois en raison du retour des beaux jours. Ces dernières années, cette hausse s'est produite entre début avril et mi-mai. Les autorités suisses doivent donc se préparer à cette éventualité.

Situation d'urgence

Après des mois de préparation, les directeurs cantonaux de justice et police entendent d'ailleurs adopter ce jeudi un paquet de mesures destinées à faire face à une situation d'urgence dans l'asile. Elles entreraient en vigueur si 6000 demandes étaient déposées en trois semaines.

Cette planification dite prévisionnelle dans le domaine de l'asile définit les tâches entre les cantons, les communes et les départements fédéraux concernés ainsi que la coordination en cas d'urgence.

sda-ats

 Toute l'actu en bref