Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le simple messieurs de l'Open d'Australie a tourné au fiasco pour les Etats-Unis et l'Australie. Les deux nations "historiques" ne comptent plus aucun représentant en lice au soir de la 5e journée.

Jack Sock et Sam Querrey, les deux derniers rescapés américains, sont logiquement tombés devant Jo-Wilfried Tsonga et Andy Murray. Ultime espoir australien, Bernard Tomic a, pour sa part, été battu 7-5 7-6 7-6 par le Britannique Daniel Evans, ce joueur qui a été contraint d'acheter ses polos au Supermarché du coin après la décision de son équipementier de ne pas prolonger son contrat.

Les quatorze Américains et les onze Australiens sur la ligne de départ n'ont donc joué qu'un rôle très mineur dans cet Open d'Australie. Malgré les immenses moyens procurés par les revenus de l'US Open et de l'Open d'Australie, les deux pays ne parviennent toujours pas à former à nouveau un véritable champion.

Le dernier titre d'un joueur américain dans un tournoi du Grand Chelem date de 2003 lors de la victoire d'Andy Roddick à l'US Open. Quant aux Australiens, ils n'ont plus gagné à Melbourne depuis 1976. Le croire qu'ils le feront grâce à Nick Kyrgios ou à Bernard Tomic, deux joueurs certes extrêmement doués mais dont l'application à l'entraînement est très "suspecte", relève presque de l'illusion,

ATS