Toute l'actu en bref

Le chat de Downing Street, la reine, les Monty Python: David Cameron a suscité l'hilarité des députés lors de sa dernière apparition au Parlement britannique comme Premier ministre.

KEYSTONE/Parliamentary Recording Unit via AP Video

(sda-ats)

Le Premier ministre britannique David Cameron a fait assaut d'humour pour sa dernière séance de questions au Parlement mercredi. Il a mis en boîte le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn, mais aussi son propre "show".

M. Cameron a donné le ton dès l'ouverture de la session, en notant qu'à part une rencontre avec la reine dans l'après-midi, à laquelle il remettra sa démission, son emploi du temps était "très léger".

Merci à maman

Il a comparé le chef du Labour, qui s'accroche à son poste en dépit d'une vive contestation interne, à un personnage des films des humoristes britanniques des Monty Python: "J'admire sa ténacité. Il me rappelle le chevalier noir des Monty Python et le Saint Graal", a-t-il raillé.

M. Corbyn n'a pas été en reste: "Passez mes remerciements à votre maman pour ses conseils en matière de costumes et de chemises", a-t-il dit au Premier ministre, alors qu'il est réputé pour sa garde-robe approximative.

"Il est magnifique aujourd'hui", s'est exclamé M. Cameron en commentant la tenue de M. Corbyn.

Un amour de chat

Le Premier ministre sortant a également tenu à faire une mise au point: "Les rumeurs sont fausses. J'aime sincèrement Larry", le chat du 10, Downing Street. "Il y a des photos qui le prouvent", a-t-il ajouté, en montrant un cliché où l'on peut voir Larry dans ses bras.

Le sort de Larry, chat star, a fait l'objet de nombreux commentaires ces jours derniers dans les médias, puisqu'il reste attaché au bureau du Premier ministre tandis que M. Cameron part.

David Cameron a enchaîné sur une anecdote, racontant qu'il se promenait un jour à New York aux côtés du maire Michael Bloomberg. "Tout le monde connaissait Mike Bloomberg et venait le saluer en disant: 'maire, vous faites un super boulot!'. Personne ne savait qui j'étais jusqu'à ce qu'un passant dise: 'hé, Cameron, questions au Premier ministre - on adore votre show!'".

"J'ai été le futur"

Sur un registre plus sérieux, il a évoqué la politique pour se moquer de lui-même, alors qu'il a été poussé à la démission par le résultat du référendum qui a sorti son pays de l'Union européenne, organisé à son initiative, alors qu'il plaidait pour un maintien dans l'UE.

"Rien n'est impossible en politique si vous vous y mettez sérieusement. Après tout, comme je l'ai dit un jour, j'ai été le futur", a-t-il dit pour conclure, retournant ainsi contre lui la cruelle épitaphe qu'il avait un jour adressée à l'ex-Premier ministre travailliste Tony Blair, restée célèbre dans le lexique politique du pays.

David Cameron a quitté la salle sur ces mots, sous les applaudissements nourris de tous les députés, debout.

sda-ats

 Toute l'actu en bref