Toute l'actu en bref

L'allemand Daimler, le suédo-français Volvo/Renault, le néerlandais DAF ainsi que l'italien Iveco doivent s'acquitter de 2,93 milliards d'euros d'amende au total après s'être entendus sur les prix.

KEYSTONE/EPA FILE/JULIEN WARNAND

(sda-ats)

La Commission européenne a infligé une amende record de 2,93 milliards d'euros (3,16 milliards de francs) à quatre constructeurs européens de camions pour avoir participé à un cartel pendant 14 ans. Tous ont reconnu leur participation et accepté une transaction.

Les allemands MAN (détenu par son compatriote Volkswagen) et Daimler, le suédo-français Volvo/Renault, le néerlandais DAF et l'italien Iveco "ont enfreint les règles de la concurrence de l'UE", a accusé mardi l'exécutif européen dans un communiqué.

"C'est la plus grosse amende jamais infligée dans un cas de cartels dans l'UE. En gros le double du dernier record", a précisé la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Le précédent record remonte à la fin 2012, quand la Commission européenne avait condamné sept entreprises à payer au total 1,47 milliard d'euros pour s'être entendues pendant dix ans sur le prix des tubes cathodiques entre 1996 et 2006.

Pas d'amende contre MAN

"Ces constructeurs de camions se sont entendus pendant 14 ans sur les prix de vente des camions ainsi que sur la possibilité de répercuter sur les acheteurs les coûts de mise en conformité avec les règles plus strictes en matière d'émissions" polluantes, a expliqué la Commission dans son communiqué.

Cette dernière souligne qu'"aucune amende n'a été infligée à MAN, car l'entreprise a révélé l'existence de l'entente à la Commission."

Dispositions prises

Tous les groupes sanctionnés mardi avaient déjà pris leurs dispositions. Fin novembre 2014, Volvo avait annoncé une provision de 400 millions d'euros, qu'il avait augmentée en juin dernier, la portant à 650 millions d'euros.

Daimler avait pour sa part constitué une provision de 600 millions d'euros dans ses comptes du quatrième trimestre 2014, après avoir déjà passé une provision en 2011 sans jamais dévoiler son montant.

Contacté par l'afp, un porte-parole d'Iveco a indiqué que son groupe avait passé une provision d'"un montant proche de cette amende", sans donner de chiffre exact.

Quant à DAF, il a indiqué que "l'amende était de 97 millions d'euros moins chère que la provision qu'il avait faite au premier trimestre".

sda-ats

 Toute l'actu en bref