CERN: le coeur d'une expérience du LHC transplanté


 Toute l'actu en bref

Le CERN a procédé jeudi au remplacement du détecteur de pixels de l'expérience CMS, une opération délicate.

CERN - Maximilien Brice

(sda-ats)

Durant l'arrêt technique hivernal du grand collisionneur de hadrons (LHC), le CERN a effectué des travaux de maintenance. Jeudi, ingénieurs et physiciens ont procédé à une grosse opération: le remplacement du coeur du détecteur de l'expérience CMS.

Le CMS (Compact Muon Solenoid) est l'un des quatre détecteurs principaux sur l'accélérateur LHC de 27 km. L'expérience CMS est l'une des deux ayant contribué à la découverte du boson de Higgs, a indiqué à l'ats Arnaud Marsollier, porte-parole du CERN.

Le remplacement du détecteur à pixels améliorera la capacité de CMS à mesurer avec précision les propriétés du Modèle standard, comme celle du Boson de Higgs. Il permettra aux données d'être enregistrées plus efficacement.

Planifié depuis cinq ans, ce changement fait partie du cycle de vie du détecteur. Le coeur de l'expérience peut être comparé à un appareil photo en trois dimensions de 120 millions de pixels et de 40 millions d'images par seconde, a-t-il illustré.

Tour de force

L'opération dont la plus grande partie s'est déroulée jeudi est très délicate, très impressionnante, a noté M. Marsollier. Au niveau de la technologie, c'est un tour de force. La partie centrale remplacée étant la plus proche des collisions de hadrons, elle doit être capable de résister à de très fortes températures. Le coût du nouveau détecteur se monte à 17 millions, a-t-il précisé.

Des institutions suisses, telles que l'Institut Paul Scherrer et l'EPFZ, ont joué un rôle déterminant dans l'opération. Une quarantaine de pays participent à l'expérience CMS, a rappelé le porte-parole. Après la période de maintenance, le LHC pourra reprendre ses collisions probablement début juin, avec un "gros oeil électronique tout neuf".

ATS

 Toute l'actu en bref