Toute l'actu en bref

La Russie était trop forte pour la Suisse à l'occasion du 5e match du Championnat du monde à Moscou. La Sbornaja s'est imposée 5-1.

La Suisse n'avait pas une marge de manoeuvre immense face aux favoris du groupe et qui plus est organisateurs du tournoi. Pour espérer réaliser un résultat positif, la troupe de Patrick Fischer devait compter sur un Berra en état de grâce, des défenseurs attentifs, des attaquants opportunistes et une bonne dose de chance.

La première condition a été parfaitement remplie puisque le Zurichois a offert une superbe prestation entre ses poteaux. A la 15e, il a refusé un but à Artemi Panarin avec autorité et à la 32e, il s'est interposé par deux fois devant les attaquants russes. Très souvent en infériorité numérique, les Helvètes ont magnifiquement tenu sur les phases à 4 contre 5 voire même à 3 contre 5 au cours du troisième tiers. Même Ovechkin, dans son spot habituel sur le power-play, n'a pas trouvé la faille.

La défense a dû composer sans Raphael Diaz insuffisamment remis de sa blessure à l'épaule contractée mercredi contre la Lettonie. A sa place, Noah Schneeberger a fait le maximum pour combler l'absence de l'arrière des New York Rangers.

Comme depuis le début de ce Championnat du monde, Nino Niederreiter s'est démené pour amener le danger sur la cage adverse en essayant de déranger physiquement l'arrière-garde russe. Plus souvent contrainte de se défendre, la Suisse aurait pu réduire le score au deuxième tiers via Geering (27e), mais le défenseur des Zurich Lions n'a pas pu orienter le puck en direction de la cage de Bobrovski. Au cours de la troisième période, la Russie a pu prendre le large. Mais les Helvètes ont tout de même pu sauver l'honneur par Moser.

La Suisse n'a pas à rougir de cette défaite devant une formation plus talentueuse. Il aurait été intéressant de voir la Suisse titiller les Russes en revenant par exemple à 2-1 durant le tiers médian. Lorsque les joueurs de Fischer ont pu s'établir dans le camp russe, ils n'ont pas été ridicules. Mais la force de frappe d'Ovechkin & co était trop imposante pour cette Suisse-là.

Après une bonne nuit de sommeil, les Suisses vont pouvoir s'attaquer au match de dimanche soir contre la Suède. Si elle souhaite participer aux quarts de finale, la Suisse doit certainement faire deux points dans les deux derniers matches qui restent à son programme.

sda-ats

 Toute l'actu en bref