Toute l'actu en bref

Pour Christian Levrat, président du PS Suisse, les politiques de la droite ont mené au Brexit.

KEYSTONE/NICK SOLAND

(sda-ats)

Christian Levrat critique vertement l'attitude de Johann Schneider-Ammann face au Brexit. "Nous n'avons pas besoin d'un président de la Confédération qui se contente de s'en remettre au marché boursier", a dénoncé samedi le président du PS à Coire.

De manière générale, le conseiller aux Etats fribourgeois s'en est pris au parti du président de la Confédération: le PLR dirigé par Petra Gössi "récite l'alphabet de l'UDC". "Nous assistons à une conquête de la droite par les nationalistes avec la bénédiction des grandes organisations économiques", estime Christian Levrat. Il s'exprimait à l'occasion de l'assemblée des délégués du parti.

Politique d'opposition

Politique agressive de cadeaux fiscaux, hausse des dépenses en faveur de sa clientèle, la collaboration constructive du PS n'est plus souhaitée par la droite qui impose sa puissance dans tous les domaines, déplore-t-il. Cette situation pousse les socialistes à mener "une politique d'opposition active, décidée et efficace" pour "faire échec à la politique de démolition de la droite".

Le référendum contre la réforme de l'imposition des entreprises III, que les délégués doivent décider samedi, en fait partie. Christian Levrat propose d'établir un minimum de 80 à 90% pour l'imposition des dividendes.

Le soutien à l'initiative pour une hausse des rentes AVS s'inscrit aussi dans cette politique d'opposition. Le président du PS dénonce l'attitude des partis bourgeois à ce sujet: "Ceux qui estiment qu'une hausse des rentes AVS n'est pas finançable font des cadeaux en milliards aux multinationales, à l'armée ou aux propriétaires de terres agricoles."

Le Brexit "fait réfléchir"

Christian Levrat promet "une politique basée sur la confiance en l'avenir et le courage plutôt que sur la peur et la colère". A cet égard, il a regretté que la classe ouvrière britannique ait soutenu jeudi le retrait du Royaume Uni de l'UE. "Cela doit nous faire réfléchir."

Le président du PS accuse la droite britannique d'être à l'origine de la politique d'austérité qui a mené au Brexit. La droite européenne a en outre refusé de réformer les structures de l'UE. Elle est aussi responsable de l'échec de la politique migratoire, selon lui, à l'exception de la chancelière allemande Angela Merkel. Au final, le Brexit relance la proposition du PS de renforcer et d'élargir l'EEE, selon Christian Levrat.

sda-ats

 Toute l'actu en bref