Début de l'offensive terrestre pour reprendre Mossoul-Ouest à l'EI


 Toute l'actu en bref

Les forces irakiennes ont repris Athbah et Al-Lazzagah sur la route vers l'aéroport de Mossoul, à la périphérie sud de la deuxième ville du pays (archives).

KEYSTONE/AP/KHALID MOHAMMED

(sda-ats)

Des milliers de soldats et policiers irakiens ont lancé dimanche l'assaut pour chasser les djihadistes de l'ouest de la ville de Mossoul, encore aux mains du groupe Etat islamique (EI). Les organisations humanitaires s'inquiètent du sort des civils pris au piège.

L'offensive déclenchée à l'aube a permis la reprise rapide d'une dizaine de villages au sud de Mossoul, deuxième ville du pays située à 400 km au nord de Bagdad. Les forces irakiennes ont progressé sur le chemin menant vers l'aéroport de Mossoul, à la périphérie sud de la ville, l'un des principaux objectifs des troupes gouvernementales.

Les forces de Bagdad ont également occupé une centrale électrique et tué un certain nombre de combattants de l'EI, dont des snipers. "Nous avons jusqu'à maintenant atteint tous nos objectifs", a dit le général Abbas al-Joubouri, commandant de la Force d'intervention rapide.

5000 combattants de l'EI

C'est lors d'une brève intervention télévisée que le Premier ministre Haider al-Abadi a annoncé dimanche le début de l'offensive. "Ninive, nous venons libérer la partie ouest de Mossoul de la terreur de Daech", a-t-il proclamé, en parlant de la province dont Mossoul est la capitale et en utilisant un acronyme en arabe de l'EI.

Le général Stephen Townsend, chef des forces de la coalition internationale sous commandement américain qui appuie Bagdad, a prévenu que la bataille serait difficile. "Mossoul serait une dure bataille pour n'importe quelle armée", dit-il, cité dans un communiqué.

Avec 100'000 hommes, les forces de la coalition ont en face d'elles cinq milles de combattants de l'EI, selon les estimations de Bagdad. Mais il s'agit d'hommes aguerris et déterminés.

Retranchés parmi les civils

Conquise en juin 2014 par l'EI, Mossoul est le dernier grand bastion de cette organisation radicale en Irak. La reprise totale de la métropole marquerait un échec cinglant pour l'EI qui a perdu beaucoup de terrain ces derniers mois en Irak et en Syrie voisine, où il s'était emparé de vastes territoires.

La bataille de Mossoul a débuté le 17 octobre. Les forces pro-gouvernementales irakiennes et leurs alliés ont repris le mois dernier la partie orientale de la ville, sur la rive gauche du Tigre. Les djihadistes se seraient retranchés parmi les civils dans la partie occidentale, stockant des armes dans des hôpitaux, des écoles, des mosquées et des églises pour se protéger.

"Sauver les enfants"

La violence des combats qui s'annoncent inquiète l'ONU. L'organisation a lancé "une course contre la montre" pour établir de nouveaux camps dans l'éventualité d'un afflux de déplacés, selon Lise Grande, sa coordinatrice humanitaire en Irak. L'ONG Save The Children a appelé les forces irakiennes à "tout faire" pour "protéger" les 350'000 enfants dans l'ouest de Mossoul.

ATS

 Toute l'actu en bref