Toute l'actu en bref

Sous le nom "Avalanche", le réseau criminel a procédé à "des attaques en ligne, à l'aide de logiciels malveillants", a indiqué Europol.

KEYSTONE/AP/PETER DEJONG

(sda-ats)

Les polices de 28 pays ont démantelé un gigantesque réseau de cybercriminalité. Ce dernier a sévi dans plus de 180 pays, infectant plus d'un demi-million d'ordinateurs et provoquant des pertes évaluées à des "centaines de millions d'euros", a annoncé jeudi Europol.

Sous le nom "Avalanche", ce réseau criminel a procédé à "des attaques en ligne, à l'aide de logiciels malveillants". Il a également permis de "recruter des 'mules à argent'", des intermédiaires chargés de blanchir de l'argent pour le compte d'organisations criminelles, a indiqué l'Office européen de police dans un communiqué.

Contacté par d'autres groupes criminels, le réseau envoyait des courriels contenant des logiciels malveillants à des personnes précises afin de dérober des données bancaires ou des mots de passe sensibles.

Il menait également des attaques dites de déni de service distribué (DDoS), consistant à rendre un serveur indisponible en le surchargeant de requêtes simultanées."

Banques attaquées en Allemagne

"Des victimes de logiciels malveillants ont été identifiées dans plus de 180 pays", a indiqué Europol depuis La Haye, où est basée l'organisation. Selon l'Office, les pertes enregistrées s'élèvent à des "centaines de millions d'euros".

En Allemagne, où les activités du réseau ont d'abord été détectées, les pertes s'élèvent à six millions d'euros suite à des "cyberattaques concentrées sur les systèmes en ligne des banques".

Les autorités policières en Australie, Bélize, Inde ou Singapour, et 25 autres pays, ont saisi 37 serveurs, effectué 39 perquisitions et bloqué 800'000 noms de domaines.

Directeur arrêté

"Avalanche fonctionnait comme une société, et nous avons arrêté son directeur exécutif et son conseil de direction", a expliqué le directeur de centre contre la cybercriminalité d'Europol, Fernando Ruiz.

L'opération de démantèlement a notamment été assurée par Europol, ainsi que l'unité de coopération judiciaire européenne Eurojust, Interpol et le FBI.

La directrice d'Eurojust, Michele Coninsx, a salué un "moment important dans la lutte contre la cybercriminalité organisée". Avalanche était l'une des infrastructures du "botnet", réseau de machines zombies elles-mêmes piratées et utilisées à l'insu de leurs propriétaires, a-t-elle ajouté.

L'opération de démantèlement a été l'une "des plus grandes à ce jour" enregistrée dans ce domaine par les autorités policières.

sda-ats

 Toute l'actu en bref