Toute l'actu en bref

Les touristes courent également d'autres dangers, à l'image de cette voiture retournée par un éléphant devenu agressif (archives).

Keystone/AP San Parks/

(sda-ats)

Les applications de téléphone portable qui répertorient en temps réel les lieux où se trouvent les animaux prisés des touristes provoquent le chaos dans les parcs sud-africains, ont dénoncé les autorités. Elles entraînent notamment des embouteillages et des accidents.

"L'utilisation croissante de ces applications s'est traduite par une augmentation des infractions dans les parcs, notamment des excès de vitesse mais aussi des embouteillages et la mort d'animaux provoqués par des visiteurs qui se précipitent et s'agglutinent" pour observer la faune, a expliqué mercredi SanParks (parcs nationaux sud-africains) dans un communiqué.

Les applications comme "Latest Sightings" permettent aux utilisateurs de partager des informations sur la présence à tel ou tel endroit des lions léopards et autres rhinocéros dans les parcs sud-africains. Mais elles "mettent en péril les bonnes conditions pour observer les animaux dans les parcs nationaux", a ajouté l'organisme.

SanParks affirme avoir été "inondé de plaintes de dizaines de clients" relatives à l'usage de ces applications qui tendent à provoquer un "empressement malsain des visiteurs à violer les règles". La responsable du tourisme pour SanParks, Hapiloe Sello, a dit réfléchir aux "moyens légaux pour réduire l'utilisation de ces applications" lors des safaris.

Le phénomène est particulièrement criant au Kruger, le plus grand parc national d'Afrique du Sud très prisé des touristes. D'une superficie de 20'000 km2, soit plus de deux fois la Corse, il abrite quelque 1500 lions, 12'000 éléphants, 1000 léopards et 5000 rhinocéros, en plus des girafes, buffles et autres gazelles.

sda-ats

 Toute l'actu en bref