Des centaines de manifestants à Genève contre Erdogan


 Toute l'actu en bref

Les manifestants ont dénoncé à Genève la politique de Recep Tayyip Erdogan, notamment les détentions, la fermeture de médias ou encore le renvoi de fonctionnaires.

KEYSTONE/EPA KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

(sda-ats)

Plusieurs centaines de manifestants ont dénoncé jeudi sur la Places Nations à Genève la politique menée par le président turc Recep Tayyip Erdogan. Le rassemblement a été maintenu malgré l'absence du chef d'Etat à la conférence internationale sur Chypre.

"L'actualité de la répression reste la même et la nécessité de la dénoncer" aussi, a indiqué à l'ats un membre de solidaritéS, Jean Burgermeister, dont le mouvement était à l'origine de la manifestation. Il a appelé à la solidarité avec les victimes de la politique turque.

"Arrêtons-le et jugeons-le pour ses crimes", clamait une banderole qui qualifiait le président turc de "dictateur". Recep Tayyep Erdogan était aussi considéré par les manifestants comme un "assassin", de même que l'Etat islamique (EI).

De nombreux Kurdes figuraient parmi les personnes présentes. Ils expliquaient que plus de 40 millions de Kurdes ne sont pas des terroristes contrairement à ce que dit le gouvernement d'Ankara. Et une banderole soutenait le Parti des travailleurs du kurdistan (PKK).

Les personnes rassemblées ont également dénoncé la détention de 40'000 personnes, le renvoi de près de 100'000 fonctionnaires, magistrats, journalistes ou médecins ou encore la fermeture de près de 200 médias.

Ils étaient 500 selon les organisateurs et 300 selon la police qui avait déployé un important dispositif renforcé par des fonctionnaires de plusieurs autres cantons. Et le conseiller administratif Rémy Pagani ou le conseiller national Carlo Sommaruga (PS/GE) se trouvaient également parmi les manifestants.

ATS

 Toute l'actu en bref