Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

EFG International est l'une des plus grandes banques privées de Suisse depuis le rachat de BSI (archives).

KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

(sda-ats)

L'exercice 2016 du groupe bancaire zurichois EFG International a été fortement influencé par le rachat de BSI. Le bénéfice net s'est porté à 339,3 millions de francs. Sans tenir compte de cette reprise et d'effets exceptionnels, il est en léger recul.

En reprenant la banque tessinoise BSI, EFG est devenue l'une des plus grandes banques privées suisses avec des fonds gérés de près de 145 milliards de francs à fin 2016, a indiqué mercredi l'établissement. En 2015, cette somme n'atteignait que 83,3 milliards.

Sans tenir compte du rachat de BSI et d'éléments non récurrents, le bénéfice net s'est porté à 82,3 millions de francs, contre 91,1 millions en 2015. L'établissement, qui va supprimer entre 300 et 450 emplois entre 2017 et 2019, estime que les objectifs de son programme d'économies ont été atteints en 2016.

Au 2e semestre, les coûts ont baissé de 11% par rapport à la même période de l'année précédente.

Pour 2017, EFG va se concentrer sur l'intégration de BSI. La banque souhaite faire croître ses fonds sous gestion de 3 à 6% en moyenne par année.

ATS