Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En Australie, les chats tuent des oiseaux de 338 espèces différentes, y compris 71 espèces en danger (image symbolique).

KEYSTONE/AP/MARK BAKER

(sda-ats)

Les chats errants et les félins domestiques tuent plus d'un million d'oiseaux par jour en Australie. Ce phénomène provoque le déclin de nombreuses espèces, selon une étude publiée mercredi.

Les chercheurs de l'Université australienne Charles Darwin estiment que les chats errants engloutissent 316 millions d'oiseaux chaque année. Les matous domestiques en mangent 61 millions, selon cette étude parue dans le journal "Biological Conversation".

"Tout le monde sait que les chats tuent les oiseaux, mais cette étude montre que sur un plan national, l'ampleur de la prédation est ahurissante", a déclaré John Woinarski, le directeur des recherches. "Il est vraisemblable que cela explique le déclin en cours de nombreuses espèces", a-t-il ajouté.

Ces chiffres sont des estimations établies à partir d'une centaine d'études menées à travers l'Australie par des spécialistes de l'environnement sur le régime alimentaire des chats. Les données ont été croisées avec la densité de la population féline. Les taux les plus élevés de prédation se retrouvent dans les îles australiennes et dans les régions reculées et arides, où chaque année les chats peuvent tuer 330 oiseaux par kilomètre carré.

Especes en danger

Les félins tuent des oiseaux de 338 espèces différentes, y compris 71 espèces en danger - comme la colombine marquetée et la perruche nocturne. "On a découvert que les oiseaux les plus susceptibles d'être chassés sont de taille moyenne, des oiseaux qui nichent et s'alimentent au sol, et les oiseaux présents dans les îles, les régions boisées et les prairies", a expliqué M. Woinarski.

Les chats errants, qui sont plusieurs millions, sont aussi considérés comme responsables de l'extinction de mammifères. Plusieurs espèces ont disparu depuis leur introduction par les colonisateurs européens il y a deux siècles. Pour l'heure, les campagnes de stérilisation n'ont pas renversé la tendance.

Selon M. Woinarski, "les chats représentent un problème ancien, étendu, contre lequel il faut lutter plus efficacement". Les autorités ont mobilisé plus de 30 millions de dollars australiens (29 millions de francs suisses) pour des projets destinés à réduire les dégâts des chats errants sur la faune sauvage.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS