Toute l'actu en bref

Près de 640 millions de personnes sont en surpoids ou obèses autour du globe. Le poids moyen de la population mondiale a augmenté de 1,5 kilo par décennie durant les 40 dernières années, selon une étude internationale sur l'indice de masse corporelle.

L'évolution a cependant été plus lente en Suisse, a indiqué jeudi soir l'Université de Zurich qui a participé à l'étude. Les Etats-Unis continuent d'occuper la première place en matière de surpoids.

Parmi les pays avec des revenus élevés, le peuple nippon est celui qui présente l'indice de masse corporelle (IMC) le plus bas. En Europe, les Suissesses et les hommes bosniaques détiennent la palme de la minceur. De manière générale, le nombre de personnes en surpoids est plus important du côté des femmes.

Actuellement, 2,3% des hommes et 5% des femmes de par le monde sont fortement obèses. Cela signifie qu'ils présentent un IMC de plus de 35. L'IMC se calcule au moyen de la taille et du poids et mesure si une personne a un poids insuffisant, normal ou est en surpoids, voire obèse.

Si la tendance se poursuit, le nombre d'obèses pourrait augmenter à 18% chez les hommes et 21% chez les femmes en 2025. Vu ces chiffres, les auteurs de l'étude jugent irréaliste l'objectif fixé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui vise à stabiliser le taux d'obésité en 2025 au niveau de 2010.

Recul de la maigreur

L'autre extrême de l'échelle montre elle une tendance positive: la maigreur a diminué depuis 1975, autant chez les femmes que chez les hommes, soit respectivement de 15 à 10% et de 14 à 9%. Un individu est considéré comme maigre en dessous d'un IMC de 18,5.

Malgré ce fait réjouissant, l'insuffisance pondérale reste un gros problème, particulièrement au centre et à l'est de l'Afrique. En Inde et au Bangladesh, presque un quart des hommes et des femmes adultes n'ont pas un poids suffisant.

Dans le cadre de cette méta-analyse, les quelque 700 chercheurs internationaux ont examiné 1700 études concernant l'IMC de la population. Pour la première fois, ils ont ainsi retracé l'évolution mondiale depuis 1975 sur une période de 40 ans. L'étude est publiée dans la revue spécialisée "The Lancet".

sda-ats

 Toute l'actu en bref