Toute l'actu en bref

C'est un Marcel Koller décomposé qui s'est présenté face aux médias quelques minutes après l'élimination de l'Autriche dès la phase de poules de l'Euro 2016. Mais tout n'est pas noir, selon lui.

Le Zurichois, même s'il ne peut que reconnaître l'échec, convoque cependant l'ensemble de la campagne, donc les qualifications comprises, pour nuancer un peu le bilan.

Marcel Koller, quelles sont vos premières impressions à l'issue de ce match?

"Nous n'avons pas bien joué en première mi-temps et mieux en deuxième, mais cela n'a pas suffi. Au final, c'est un résultat normal pour une équipe qui ne joue qu'une mi-temps. Mais il était déjà très important pour l'Autriche de participer à cet Euro, de prendre conscience du niveau requis, de la qualité, de l'intensité. Ce tournoi va permettre aux joueurs d'acquérir une expérience précieuse."

Comment expliquez-vous que, dans un groupe où l'on pensait que l'Autriche terminerait deuxième derrière le Portugal, vous terminiez dernier et que la Hongrie l'emporte devant l'Islande?

"Nous avons eu des occasions lors de notre premier match contre la Hongrie (NDLR: 0-2), je crois sept occasions nettes, mais nous n'avons pas marqué. Sans marquer, on ne peut pas gagner. Nous avons également perdu beaucoup trop de ballons. Nous avons terminé le premier match avec seulement 62% de passes réussies et 58% lors du deuxième match (NDLR: contre le Portugal, 0-0). Peut-être que nos attentes étaient trop élevées. Je prépare pourtant toujours méticuleusement les rencontres en visionnant longuement les adversaires. On ne peut pas totalement prévoir un match. je reste persuadé qu'il s'est agi d'une défaite positive qui nous offre une expérience importante."

sda-ats

 Toute l'actu en bref