Toute l'actu en bref

Feldschlösschen va augmenter de 4,4% en moyenne le prix de ses bières produites en Suisse. Le brasseur argovien, contrôlé par le danois Carlsberg, invoque la concurrence des marques étrangères pour motiver une décision qui fâche cafetiers et restaurateurs.

La mesure de l'entreprise, qui brasse notamment la bière Cardinal, prendra effet le 1er mai. "Avec la hausse de prix, nous voulons contrer l'offensive des bières bon marché importées et nous permettre d'investir davantage dans les bières indigènes", a dit mardi à l'ats Markus Werner, porte-parole de Feldschlösschen.

L'idée du groupe argovien consiste à accroître ses campagnes publicitaires, afin de favoriser la commercialisation de ses bières. Il s'agit de promouvoir les innovations, de développer le sponsoring et de soigner la diversité des produits, a expliqué Markus Werner.

Carlsberg aussi touchée

L'amateur de bière paiera du coup directement une partie de ces coûts de marketing. Reste que ceux-ci ne seront pas intégralement répercutés dans le prix de vente, tempère Markus Werner, la firme, numéro un du secteur en Suisse, prenant une partie à son compte en augmentant sa productivité.

A côté des marques nationales Feldschlösschen et Cardinal et des marques régionales Hürlimann, Valaisanne, Gurten et Warteck, les bières Carlsberg et Tuborg, destinées au marché suisse et produites en Suisse, sont aussi affectées par la hausse annoncée. La mesure concerne tous les types de conditionnement.

Le marché suisse de la bière est marqué depuis une bonne dizaine d'années par une croissance constante de la part de marché des bières importées, rappelle Feldschlösschen. De plus, le brasseur de Rheinfelden (AG) estime ne pas pouvoir compenser la progression des frais de transport par les seuls gains de productivité.

ATS

 Toute l'actu en bref