Toute l'actu en bref

Les troupes irakiennes ont pris le contrôle de Fallouja.

KEYSTONE/AP Video/UNCREDITED

(sda-ats)

Les forces irakiennes ont affirmé dimanche avoir totalement libéré Fallouja. Tous les regards se tournant désormais vers la reprise de Mossoul, dernière place forte des djihadistes du groupe Etat islamique (EI) en Irak.

Les forces de sécurité irakiennes contrôlent désormais la totalité de la ville de Fallouja", a déclaré Sabah al-Noman, porte-parole des services antiterroristes (CTS).

Cette annonce intervient neuf jours après la déclaration de victoire lancée par le Premier ministre Haider al-Abadi sur la reprise de cette ville emblématique.

Située à une cinquantaine de km seulement de Bagdad, Fallouja avait été la première cité d'Irak à tomber aux mains de l'EI en janvier 2014. Les djihadistes avaient ensuite mené une offensive éclair leur permettant de mettre en déroute l'armée irakienne et de conquérir de vastes régions à l'ouest et au nord de la capitale Bagdad, esquisse d'un "califat" autoproclamé à cheval sur l'Irak et la Syrie.

Forte résistance

Mais, depuis plus d'un an, l'EI a perdu les deux tiers de ces territoires face aux avancées des forces irakiennes soutenues par les frappes des avions de la coalition internationale conduite par les Etats-Unis.

Après avoir repris Ramadi, chef-lieu de la grande province d'Al-Anbar, Bagdad a lancé l'offensive sur Fallouja le 23 mai. Conduites par l'unité d'élite du contre-terrorisme (CTS), les troupes entraient dans la ville une semaine plus tard. Mais, assiégés, les djihadistes ont opposé dans le centre une forte résistance.

Les forces irakiennes ont finalement déclaré la victoire totale en prenant dimanche le quartier d'Al-Jolan, où s'étaient retranchés les derniers djihadistes. "Il n'a pas fallu plus de deux heures aux CTS pour s'emparer de ce quartier et Daech n'a pas tiré une seule balle", ce qui démontre qu'il avait été "défait avant même l'entrée des troupes dans le quartier", a précisé M. al-Noman.

Il ne reste plus que quelques "poches de résistance au nord-ouest de Fallouja", selon un porte-parole du commandement conjoint de coordination des opérations contre l'EI en Irak.

Crise humanitaire

La bataille de Fallouja a entraîné une crise humanitaire avec le déplacement de quelque 85'000 civils ayant fui la ville en un mois, selon l'ONU.

Ils se sont massés dans des camps de fortune dépourvus des services de base, notamment d'accès à la nourriture et à l'eau. Ces civils ont "fui un cauchemar pour en découvrir un autre", a regretté la semaine dernière le directeur pour l'Irak du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), qui gère les camps.

A ces conditions difficiles se sont ajoutées les inquiétudes sur le sort de centaines d'hommes ayant disparu après avoir fui la ville essentiellement peuplée de musulmans sunnites.

Libérer Mossoul

Le retour des civils dans Fallouja risque d'être rendu compliqué par la présence en masse d'engins explosifs laissés par l'EI.

Les avions de la coalition menée par Washington ont apporté un soutien aérien à Fallouja, mais beaucoup moins important que lors de la reprise de Ramadi il y a six mois.

Les Etats-Unis se concentrent surtout sur la bataille de Mossoul, la deuxième ville d'Irak devenue la "capitale" de l'EI dans le pays. M. Abadi a promis de "libérer très prochainement" Mossoul et de "vaincre l'EI en Irak avant fin 2016".

sda-ats

 Toute l'actu en bref