Toute l'actu en bref

Président le plus impopulaire de la Ve République, François Hollande était crédité de moins de 10% dans les sondages pour le premier tour de l'élection présidentielle.

KEYSTONE/EPA FILE/ETIENNE LAURENT

(sda-ats)

François Hollande a annoncé jeudi qu'il renonçait à se présenter à l'élection présidentielle de 2017. La décision du chef de l'Etat français était attendue par une majorité socialiste divisée et pessimiste sur les chances de même figurer au second tour.

"Aujourd'hui, je suis conscient des risques que ferait courir une démarche, la mienne, qui ne rassemblerait pas largement autour d'elle. Aussi j'ai décidé de ne pas être candidat à l'élection présidentielle", a-t-il dit à l'Elysée. Il a précisé qu'il entendait continuer à être président jusqu'au bout de son mandat.

François Hollande a appelé à "un sursaut collectif et qui engage tous les progressistes qui doivent s'unir dans ces circonstances". "Je ne veux pas que la France soit exposée à des aventures qui seraient coûteuses et même dangereuses pour son unité, pour sa cohésion, pour ses équilibres sociaux, voilà le message que j'étais venu ici vous adresser", a-t-il dit.

Moins de 10%

C'est la première fois qu'un président en exercice de la Ve République renonce à briguer un second mandat.

Président le plus impopulaire de la Ve République, François Hollande était crédité de moins de 10% dans les sondages pour le premier tour de l'élection présidentielle.

Manuel Valls, qui a assuré à de nombreuses reprises être prêt à affronter la droite à la présidentielle, devrait donc concourir à la primaire de la gauche organisée fin janvier.

Il y affrontera notamment son ancien ministre de l'Economie Arnaud Montebourg et son ancien ministre de l'Education nationale Benoît Hamon, expulsés du gouvernement pour avoir contesté la politique et l'autorité de François Hollande.

sda-ats

 Toute l'actu en bref