Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Travis Ganong a surpris les favoris en remportant la première des deux descentes de Garmisch-Partenkirchen.

L'Américain de 28 ans, qui ne comptait qu'une seule victoire en Coupe du monde jusque-là, a devancé de 0''38 le Norvégien Kjetil Jansrud et de 0''52 l'Italien Peter Fill. Le meilleur Suisse a été Beat Feuz, cinquième. Carlo Janka a pour sa part pris le neuvième rang.

Ganong, qui n'était monté "que" sur trois podiums avant ce deuxième coup d'éclat (victoire dans la descente de Santa Caterina en 2014), a su allier vitesse et maîtrise sur un tracé spectaculaire ponctué de deux sauts compliqués, pour ne pas dire extrêmement dangereux. Et le Californien l'a réalisé juste après une longue interruption due à la chute de son compatriote Steven Nyman, lequel a dû être évacué en hélicoptère.

Cette épreuve, rythmée par de gros coups de chaleur et de nombreuses chutes dont certaines ont été plus qu'effrayantes, comme celle du Canadien Eric Gay (sauvé par son airbag) ou du Français Valentin Giraud Moine (les deux jambes cassées), soulève clairement des questions de sécurité. Les organisateurs devront apporter des réponses et revoir leur copie dès samedi pour la seconde descente.

L'équipe de Suisse de vitesse, sans être totalement hors du coup, semble pourtant un peu plafonner dans la discipline reine. Rendu parfois un peu craintif par tous ses déboires passés, Beat Feuz a livré une course propre, sans mieux.

Carlo Janka a semblé en vouloir plus, sans pour autant avoir les moyens de ses ambitions. Les deux hommes, dont les prestations à Kitzbühel le week-end dernier avaient rallumé la flamme, ont encore la descente de samedi pour reprendre leur élan avant les Mondiaux de St-Moritz (6 - 19 février) et confirmer leur montée en puissance.

ATS